BFM Business

Les spécialistes de l'efficacité énergétique sur le pied de guerre

La géothermie, l’exploitation de la chaleur stockée dans le sous-sol apparaît comme une solution d'avenir de la transition énergétique.

La géothermie, l’exploitation de la chaleur stockée dans le sous-sol apparaît comme une solution d'avenir de la transition énergétique. - -

La Fedene voit d'un très bon oeil le débat sur la transition énergétique. Car l'efficacité apparaît désormais comme le pivot de la politique qui sera mis en oeuvre. La Fédération a pris le temps d'engager la réflexion il y a quelques jours à l'issue de son assemblée générale.

"Mix énergétique, chaleur renouvelable et biomasse" Jean-Claude Boncorps le président de la Fédération des services énergie environnement (Fedene) se réjouit des dernières conclusions de la conférence environnementale.

Pour cette fédération qui regroupe 500 entreprises spécialisées, la rénovation thermique est au cœur de la stratégie "sans faire des travaux très lourds". Sa filière va donc être au premier plan des mesures qui se mettent en place.

Pour Bruno Rebelle directeur de Transition et membre du comité de pilotage du débat national, c'est d'ailleurs la première fois que tous les acteurs sont arrivés à la conclusion qu il fallait réagir par la demande. Les services énergétiques sont mis en avant à travers les notions de sobriété et d'efficacité. La biomasse ou encore la géothermie sont valorisées avant d'autres sources de renouvelables.

Une fiscalité incitative ?

Mais comment peut-on financer le processus ? Jean-Claude Boncorps, une fiscalité est nécessaire afin de donner de la visibilité. Le principe d'une contribution climat énergie a été confirmée par François Hollande.

Pour la Fedene, il ne faut pas oublier de prendre en compte les ménages en précarité. Il ne faut pas non plus pénaliser la compétitivité des entreprises. Elle prône donc une éco-fiscalité qui ne soit pas une contrainte. Guillaume Sainteny maître de conférences à Sciences Po qui suit de près ces questions approuve cette orientation. "La fiscalité se doit d'être incitative. Les Français doivent pouvoir y échapper par un produit de substitution. Il faut donc infléchir les taxes existantes."

La Fedene attend par ailleurs toujours plus de visibilité sur le Fonds Chaleur qui a pour objectif de financer les projets de production de chaleur à partir d’énergies renouvelables. Pourquoi ne pas le doubler ou le tripler ?

Objectif: 9000 kms de réseaux de chaleur

Pour optimiser cette efficacité énergétique qui fait couler tellement d'encre, c'est tout un éco-système qui doit se mettre en place.

La Fedene a des solutions concrètes à proposer à travers les réseaux de chaleur, ces canalisations qui empruntent le sous-sol des voies publiques pour distribuer de la chaleur en milieu urbain. Ils sont en plein développement : 473 réseaux à l'heure actuelle, 3600 kms et une bouquet énergétique à 36% d'énergie renouvelables.

En 4 ans, ils ont progressé de 25 %. Le potentiel est estimé à 9000 kilomètres à l'horizon 2030. La Fedene propose donc d'intégrer ces réseaux de chaleur dans toute réflexion énergétique au niveau d’un territoire, de renforcer les dispositifs d’incitation existants, de fixer des objectifs ambitieux mais raisonnables pour les réseaux de chaleur comme le doublement ou même le triplement des bâtiments raccordés ou l'augmentation de la part des énergies renouvelables.

Nathalie Croisé de BFM Business