BFM Business

Les gaz de schiste divisent le gouvernement à la veille de la conférence environnementale

La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, affirme que le gouvernement n'ouvrira pas la porte à l'exploration expérimentale des gaz de schiste.

La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, affirme que le gouvernement n'ouvrira pas la porte à l'exploration expérimentale des gaz de schiste. - -

François Hollande ouvrira, vendredi 14 septembre, la conférence environnementale en présence d'une douzaine de ministres. Le dossier des gaz de schiste va revenir sur la table. Le sujet est sensible pour le gouvernement.

Le premier grand rendez-vous écologique du quinquennat sera ouvert ce vendredi par le président de la République. Lors de cette conférence environnementale, le gouvernement sera particulièrement attendu sur la question des gaz de schiste.

La ministre de l'Ecologie et de l'énergie, Delphine Batho, dément catégoriquement que le gouvernement s'apprête à "entrouvrir la porte" à l'exploration expérimentale des gaz de schiste. Pourtant, le sujet divise dans les rangs des ministres.

La question n'est pas tranchée

En août dernier, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait déclenché un tollé en indiquant que la question n'était pas tranchée. Il avait toutefois réaffirmé l'interdiction de la fracturation hydraulique, la seule technique qui existe pour la prospection de gaz de schiste.

De son côté, Arnaud Montebourg a fait une timide avancée sur ce terrain miné. Le ministre du Redressement productif s’est dit prêt à regarder le dossier dans le cadre de la refonte du Code minier.

Les industriels n'ont pas abandonné le combat

Officiellement en juillet 2011, la France est devenue le premier pays à bannir l'usage de la technique controversée de la fracturation hydraulique. Mais en coulisses les industriels du secteur n'ont pas abandonné le combat. Ils plaident régulièrement pour l'autorisation de l'exploration et de l'exploitation des gisements des sous-sols.

Le pétrolier Total estime, par exemple, que la question mérite d’être posée en France alors que le pays se trouve dans une situation économique difficile. Une commission sur une exploration expérimentale verra-t-elle le jour ? Le doute persiste avant la conférence environnementale.

Nathalie Croisé