BFM Business

Les enjeux climatiques des émissions de méthane

Le forage pétrolier fait partie des activités humaines qui génère du méthane.

Le forage pétrolier fait partie des activités humaines qui génère du méthane. - Juan Mabromata - AFP

Le rôle du méthane comme gaz à effet de serre doit être davantage pris en compte, met en garde un rapport publié jeudi 15 janvier par l'Académie des technologies. Des mesures économiquement viables permettent d'en réduire les émissions.

Les émissions de méthane "ne sont pas une fatalité", elles sont au contraire "en très grande partie évitables" grâce à des mesures économiquement viables, estime l’Académie des technologies, dans un rapport publié jeudi. L' établissement public placé sous la tutelle du ministre de la Recherche tente de répondre aux questions sur l’augmentation des émissions à méthanes. "Beaucoup" de ces mesures "demandent moins de changements dans nos modes de vie que les réductions de dioxyde de carbone, tout en présentant des effets secondaires largement bénéfiques", affirme l'Académie.

D’où vient le méthane ?

Le méthane est un polluant dont la durée de vie dans l’atmosphère est courte (une dizaine d’années). Ses émissions proviennent surtout d'une variété d'activités humaines dont le forage pétrolier et le raffinage du pétrole, la production de charbon, les décharges d'ordures ménagères et l'agriculture, notamment l'élevage de ruminants et la culture du riz.

L’impact sur le climat

Le rapport insiste sur "le rôle du méthane comme gaz à effet de serre (qui) est très important et doit être davantage pris en compte". Et "malgré sa faible durée de vie dans l'atmosphère, il a une influence forte sur le climat et son évolution", ajoutent les auteurs qui souhaitent, dans cette synthèse des connaissances sur ce gaz afin d’apporter "information" et "clarté" à l’approche de la COP21.

La présence de méthane dans l’atmosphère est plus limitée que celle du CO2. Mais son impact sur la réduction du réchauffement climatique est plus destructeur. Le méthane est considéré comme 20 à 25 fois supérieur à celui du CO2 sur un cycle de 100 ans. 

Mesures pour réduire les émissions

Le rapport recommande une série d'actions à court terme pour réduire les émissions dans les zones humides ou l’industrie gazière et pétrolières. Pour cela il propose de "soutenir les actions de drainage" dans ces zones humides utilisées en terres agricoles pour permettre "simultanément d’améliorer la production agricole, de diminuer la consommation d’eau et de diminuer les émissions de méthane.

Dans les mines et les centrales à charbon, il faut "améliorer le cadre réglementaire international, d'autant que le drainage et la collecte du méthane diminuent considérablement les risques d'explosion dans les mines".

Pour l’exploitation de gaz, il faudrait "donner de la valeur au gaz qui est lâché dans l’atmosphère afin d’inciter les pollueurs à réduire leurs émissions" soulignent les experts. Et "poursuivre le développement des technologies de récupération du méthane" provenant des fumiers et des lisiers, et prendre "la mesure réelle du rendement de la captation du méthane" émis par les décharges.

Khadria Fouad-Djama avec AFP