BFM Business

Le déploiement du compteur Linky accélère malgré les frondes locales

En deux ans, Enedis a installé 7,3 millions de compteurs Linky dans 4.200 communes.

En deux ans, Enedis a installé 7,3 millions de compteurs Linky dans 4.200 communes. - Damien Meyer-AFP

Deux ans après leurs débuts, 28.000 compteurs électriques communicants Linky sont installés par jour, malgré l'hostilité de consommateurs et de certaines communes. Environ 35 millions de compteurs gérés par Enedis devront avoir été changés d'ici à 2021.

En deux ans, le compteur Linky compte déjà quelques millions d'installations, menées à un rythme très cadencé. Enedis (filiale d'EDF) avait lancé le 1er décembre 2015 l'installation en masse (gratuite pour les clients) chez les particuliers de ces appareils destinés à remplacer des compteurs électriques d'ancienne génération.

"On a, à ce jour, installé 7,3 millions de compteurs dans 4200 communes. Aujourd'hui on pose 28.000 compteurs par jour et on a 3000 installateurs sur le terrain", détaille Bernard Lassus, le directeur du programme Linky. "L'objectif de cette année, c'est de finir à 8,1 millions et pour fin 2018 c'est d'atteindre 16 millions compteurs installés", explique-t-il. Enedis veut en avoir installé près de 35 millions, soit la totalité du parc de compteurs électriques de l'Hexagone, à la fin de 2021.

Pour les foyers déjà équipés, fini les passages du technicien Enedis chargé de relever les compteurs: la consommation réelle est mesurée et télétransmise chaque jour via le réseau électrique, supprimant la facturation fondée sur des estimations.

Des villes votent l'interdiction de Linky sur leur territoire

Malgré tout, depuis le début de la phase d'installation, certains consommateurs s'opposent au changement de leur ancien compteur. Ils redoutent des risques de rayonnements électromagnétiques dus au courant porteur de ligne utilisé pour télétransmettre les données de consommation même si l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a jugé ce risque très faible. D'autres craignent le risque d'intrusion dans leur vie privée que le compteur communicant et le suivi détaillé et permanent de leur consommation électrique, feraient peser sur eux.

Le déploiement de Linky s'est aussi heurté à des communes s'opposant à son installation. Certaines villes ont même adopté des délibérations en conseil municipal pour s'opposer à l'arrivée de Linky sur leur territoire. C'est le cas notamment de la ville de Bagneux (Hauts-de-Seine), ce qui a obligé Enedis, rapporte Le Parisien, à déposer au tribunal administratif de Cergy (Val d'Oise) une requête pour contester le vote du conseil municipal de cette commune de 38.000 habitants. 

La pose de compteurs Linky est beaucoup sous-traitée

Les associations de consommateurs font aussi état de problèmes causés soit lors de la pose du nouveau compteur soit à la suite de son installation: coffrage électrique qui ne ferme plus, compteur qui disjoncte plus souvent, appareils électroménagers qui ne fonctionnent plus correctement... "On est inondés par des demandes et des inquiétudes", indique Nicolas Mouchnino, chargé de mission énergie à l'UFC-Que Choisir.

Une partie des problèmes constatés tiendrait à la sous-traitance de l'installation des compteurs à des prestataires de services, retenus par Enedis pour soutenir la cadence élevée du déploiement de Linky. 

Pour des installations un peu plus compliquées que la moyenne, les employés d'Enedis sont parfois obligés de repasser pour corriger le tir. "Les entreprises prestataires de pose ne sont pas forcément bien formées" et "les poseurs de compteurs font de l'abattage", regrette Bruno Bosquillon, délégué syndical central CGT chez Enedis.

Pour sa part, la direction d'Enedis reconnaît des problèmes mais en minimise l'ampleur. "C'est normal qu'il y ait des défauts de jeunesse", juge Bernard Lassus, pour qui "dès qu'on rencontre une difficulté on essaie de la prendre en compte, de corriger le plus vite possible et de remédier à la situation".

Frédéric Bergé avec AFP