BFM Business

Le chauffage au bois s'enflamme

Les foyers ouverts sont plus polluants que les nouvelles installations, à cause de l'émission de particules.

Les foyers ouverts sont plus polluants que les nouvelles installations, à cause de l'émission de particules. - -

De plus en plus de foyers français se chauffent au bois, une source d'énergie plus économique et plus écologique, se félicite l'Ademe. Mais il s'agit bien souvent uniquement d'un chauffage d'appoint.

Une soirée au coin du feu séduit de plus en plus les Français. Le nombre de ménages qui consomment du bois de chauffage a augmenté de 25% depuis 1999, selon une étude de l’Ademe, publiée ce jeudi 24 octobre.

Au total, 7,4 millions de foyers se chauffent tout ou en partie grâce au bois. Mais seule la moitié de ces ménages utilise uniquement le bois comme chauffage. Pour les autres, le bois reste un chauffage d’appoint.

Les utilisateurs de bois sont plutôt des propriétaires de maisons, résidants en zone rurale et aux revenus aisés. Le cours moyen du stère de bois a en effet augmenté ces dernières années. Mais, selon l’agence pour l’environnement, ce type de chauffage reste compétitif face à l’électricité, le fioul et le gaz.

Des installations anciennes qui polluent plus

Cette progression est en accord avec les objectifs en matière d’énergie renouvelable fixés par le gouvernement. D’ici 2020, neuf millions de logements devraient être chauffés au bois. Mais tous les chauffages au bois ne sont pas égaux pour l’environnement.

Les installations anciennes et les foyers ouverts, avec les bûches directement accessibles, sont plus polluants que les installations récentes avec des inserts. Or, 50% des utilisateurs ont un appareil de plus de 10 ans ou un foyer ouvert, rapporte l’Ademe. Selon elle, 3,3 millions d’appareils devraient être changés.

Une consommation de bois stable

Etrangement, si de plus en plus de ménages se chauffent au bois, la consommation de stères est restée stable « grâce notamment à l’amélioration des performances énergétiques des appareils », explique l’étude. Les rendements des installations sont passés de 50% à 70%, tandis que les émissions de particules ont chuté.

Un foyer consomme ainsi en moyenne 7,5 stères de bois par an, contre 8,6 stères en 1999. Au total, la France brûle chaque année près de 28 millions de tonnes de bois de chauffage, avec de grandes disparités selon les régions. Les foyers situés dans l’Est brûlent par exemple 8,6 stères par an, alors que les ménages du Sud ne consomment que 6,1 stères.

Audrey Dufour