BFM Business

La patronne d'Engie Isabelle Kocher s'oppose de nouveau à tout démantèlement du groupe

Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie

Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie - ERIC PIERMONT / AFP

La directrice générale du groupe, sur la sellette, défend son bilan dans une interview au Figaro. "La stratégie innovante d’Engie dérange" assure-t-elle.

Beaucoup d'agitation du côté d'Engie… Comme le révélait BFM Business, le prochain conseil d’administration du 17 décembre s’annonce décisif pour sa directrice générale Isabelle Kocher dont la gouvernance est critiquée en interne, justement par le conseil d’administration. Un deuxième mandat est pour l'instant mal embarqué pour l'une des rares dirigeantes de grands groupes en France.

Mais, dans Le Figaro, l'intéressée balaye d'un revers de main "ces rumeurs" qui "laissent entendre que dans une entreprise il pourrait y avoir une stratégie du management d’un côté et la stratégie du conseil d’administration de l’autre, alors que par définition c’est le conseil qui valide la stratégie de l’entreprise."

"Vendre Engie par appartements, non!"

Parallèlement, les syndicats évoquent une vente à la découpe de l'entreprise, qui pourrait céder ses infrastructures gazières, dans le cadre de son grand virage écologique. Une cession, autorisée par la loi Pacte et qui serait vue d'un bon œil par le conseil d'administration d'Engie.

Une fois de plus, Isabelle Kocher se montre opposée à ce démantèlement et dénonce des "attaques malveillantes, probablement venues de l’extérieur" pour "déstabiliser" le groupe. "Faire évoluer notre groupe évidemment, accélérer la transformation évidemment. Mais démanteler et vendre Engie par appartements, non!" tranche-t-elle. "Les infrastructures gazières sont très importantes, elles font partie de notre ADN. Elles sont de plus en plus internationales et on les prépare au verdissement progressif du gaz."

"L’alpha et l’oméga"

"La vérité, c’est que la stratégie innovante d’Engie dérange" assure Isabelle Kocher. "Elle consiste à tendre vers le zéro carbone (…) Certains veulent faire de la performance boursière à court terme l’alpha et l’oméga d’une stratégie. Je m’inscris contre cette vision."

Prochain rendez-vous le 17 décembre pour le conseil d'administration qui devra prendre position sur le renouvellement d'Isabelle Kocher (avec probablement des évolutions dans son équipe) ou sur son éviction pour une nouvelle gouvernance. Reste à savoir comment l’Etat, actionnaire d’Engie à 24%, se positionnera. Bercy attend que le conseil d’administration se détermine pour s’exprimer.

Thomas Leroy