BFM Business

L'Europe signe un plan d'action pour développer l'éolien en Mer du Nord

Cette coopération entre neuf pays doit permettre de tirer pleinement profit, à moindre coût, des ressources de la Mer du Nord.

Cette coopération entre neuf pays doit permettre de tirer pleinement profit, à moindre coût, des ressources de la Mer du Nord. - Soeren Bistrip - AFP

"Neuf pays européens vont renforcer leur coopération pour réduire les coûts de construction de fermes éoliennes en pleine mer. Cela passe par une harmonisation des réglementations nationales pour la gestion du réseau et la délivrance des permis de construire."

L'Europe s'est fixé comme objectif d'atteindre au moins 27% d'énergies renouvelables dans sa production d'électricité en 2030. Le potentiel éolien de la Mer du Nord doit y participer. Pour cela, l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la France, l'Irlande, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et la Suède, ainsi que les commissaires européens en charge de l'Union de l'Énergie et du Climat ont signé, lundi 6 juin, un plan d'action en marge d'une réunion des ministres de l'Énergie à Luxembourg.

Ces neuf pays se sont engagés à renforcer leur coopération pour développer l'énergie éolienne en mer, non seulement sa production mais son intégration au marché européen de l'énergie, a annoncé la Commission européenne. La coopération entre ces États dans le domaine de l'éolien s'exprimera notamment en matière de planification de l'espace exploité, a souligné la Commission européenne.

Améliorer les interconnexions

Les signataires cherchent également à mieux développer le réseau électrique pour pouvoir traiter des volumes importants d'énergie produite par les éoliennes en mer et les faire circuler sur tout le marché intérieur grâce à des interconnexions améliorées.

"Pour tirer pleinement profit, à un moindre coût, du potentiel qu'offrent les ressources des mers du Nord, il sera primordial que les pays de la région coopèrent étroitement et mettent en commun leurs sources d'énergie", a estimé le vice-président de l'exécutif européen Maros Sefcovic.

Réduire les coûts de construction des fermes

Dans un communiqué séparé, le gouvernement néerlandais, qui assure la présidence tournante du Conseil de l'UE, a souligné que l'accord entre les neuf pays visait non seulement à réduire les coûts de construction de fermes éoliennes en pleine mer, mais aussi à mieux harmoniser les réglementations nationales pour la gestion du réseau, les subventions, ou encore les permis de construire.

Selon le ministre néerlandais des Affaires économiques Henk Kamp, une des possibilités serait de connecter les fermes éoliennes à proximité l'une de l'autre via un câble électrique unique, et non séparé pour chaque État.

"Malgré l'ampleur des constructions, il y a toujours beaucoup d'espace disponible dans la mer du Nord. En collaboration avec d'autres pays, nous étudions ce qui peut être fait après 2020 et dans la période autour de 2030", a assuré Henk Kamp.

En parallèle, onze acteurs internationaux de l'éolien en mer, dont E.ON, General Electric, Vattenfall, RWE, Adwen ou Siemens, se sont dit capables de réduire les coûts de cette énergie "en-dessous de 80 euros le mégawattheure (MWh) d'ici 2025", pour la rendre plus compétitive, dans une déclaration commune publiée lundi. Ils ont pour cela appelé l'Europe à mettre en route "une importante série de projets" et "des lois robustes qui donnent aux investisseurs visibilité et tranquillité d'esprit".

C.C. avec AFP