BFM Business

Fiançailles entre Total et Petrobras

Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, et celui de Petrobras, Pedro Parente ont signé le 24 octobre une alliance stratégique.

Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, et celui de Petrobras, Pedro Parente ont signé le 24 octobre une alliance stratégique. - crédit photo: YASUYOSHI CHIBA / AFP

Les deux géants pétroliers ont conclu une alliance stratégique majeure. Ils investiront ensemble sur tous leurs projets, partout dans le monde. Total joue des difficultés de son concurrent brésilien pour profiter de sa manne pétrolière.

Ce sont des fiançailles cachées, ou du moins pas affichées. Fin octobre, les pétroliers Total et Petrobras ont conclu une "alliance stratégique" sur l’ensemble de leurs activités. Un accord passé un peu inaperçu alors qu’il est majeur à l’échelle des deux compagnies. Désormais, elles coopéreront ensemble dans tous les métiers des deux groupes, partout dans le monde. Rien que ça.

Concrètement, Total pourra investir aux côtés de Petrobras dans les champs offshores brésiliens, dans les raffineries et jusque dans le réseau de stations-service locales. En contrepartie, Total proposera à son allié d’investir à ses côtés dans des gisements à l’international. Notamment au Moyen-Orient et en Afrique où la compagnie française est très présente. En résumé, Petrobras ouvre son monopole local à Total et le français lui permet de s’étendre à l’international.

Pour Total, cet accord est un pas de géant. Il lui permet de pénétrer le marché brésilien qui restait très réglementé et fermé aux investisseurs étrangers. Une aubaine alors que le potentiel des gisements explorés depuis 2010 peut atteindre jusqu’à 100 milliards de barils, l’équivalent de ceux du Koweit. Les découvertes brésiliennes sont les plus importantes des trente dernières années. "Total aidera Petrobras à sortir ces gisements de la mer, explique un proche de la compagnie. Il pourra même être opérateur". Une position interdite il y a encore quelques mois.

Mais la crise économique que traversent le Brésil et Petrobras les a contraints à libéraliser leurs marchés. Le nouveau patron de Petrobras, Pedro Parente, arrivé en mai, a immédiatement concrétisé son souhait de relancer la production de pétrole brésilien. Sauf qu’avec 125 milliards de dettes, il lui fallait une aide financière. C’est pour cette raison qu’il a sollicité Total pour participer aux financements nécessaires et forer en eaux profondes, une expertise reconnue du Français. Les discussions ont été menées en seulement trois mois. "À partir du moment où les deux groupes étaient prêts à coopérer dans tous les métiers et partout dans le monde, les négociations ont été rapides", explique un connaisseur du dossier.

Alliance comme Renault et Nissan

"Il s’agit d’un accord d’un nouveau genre parce que l’idée est d’arriver à se développer avec Petrobras au Brésil dans l’exploration et la production mais aussi dans l’aval comme dans le gaz et l’électricité" avait confié le PDG de Total, Patrick Pouyanné à l’AFP lors de la signature de l’accord, fin octobre. Certes, la compagnie française a déjà des accords avec des pétroliers locaux comme en Irak, en Iran ou au Qatar. Mais un accord aussi large est une première. D’autant qu’il a été signé très vite, illustrant l’opportunisme de Patrick Pouyanné, profitant de la faiblesse de Petrobras pour saisir cette opportunité historique de pénétrer le marché brésilien.

Un premier pas vers un rapprochement ou un adossement? Dans l’entourage de Total, on n’hésite pas à le comparer aux alliances industrielles dans l’automobile. Voire même à celle, très forte, entre Renault et Nissan. "Sauf qu’il n’y a pas de liens capitalistiques, souligne une source. Et que Pouyanné n’est pas patron de Petrobras !". Dans les prochaines semaines, des concrétisations de cette alliance seront annoncées. Les marchés s’attendent à ce que Total rachète des actifs de Petrobras, comme dans des centrales électriques. Un nouveau marché que la compagnie française souhaite développer pour adopter un profil d’énergéticien plus que de pétrolier pur.

Matthieu Pechberty