BFM Business

EPR finlandais: la phase d'essai prévue dans quelques mois

Les essais de l'EPR finlandais devraient être pour bientôt.

Les essais de l'EPR finlandais devraient être pour bientôt. - Jacques Demarthon - AFP

Plus de 10 ans après le lancement du chantier, la phase d'essai va enfin commencer. Elle devrait avoir lieu en février 2016.

10 ans et quelques plus tard… La phase d'essai d'un réacteur nucléaire EPR devrait commencer en février 2016 ont indiqué vendredi son constructeur et son futur exploitant, l'électricien finlandais TVO. L'"installation (des armoires de contrôle-commande) permettra de lancer la mise en service des systèmes de la centrale durant le premier trimestre 2016", a expliqué dans un communiqué conjoint le directeur du projet chez Areva, Jean-Pierre Mouroux.

En Finlande, le chantier de l'EPR, réacteur de 3e génération censé être le fleuron du nucléaire français, a été lancé par Areva, en coopération avec Siemens, en 2005. Les problèmes et dérapages de budget se sont depuis accumulés. Alors qu'il devait être initialement livré en 2009, Areva table sur une mise en service en 2018.

"Le passé, c'est le passé"

Le constructeur et l'exploitant s'opposent devant le tribunal arbitral de la chambre de commerce internationale à Paris. Areva réclame 3,4 milliards d'euros et TVO 2,6 milliards. Les chefs de projet des deux groupes ont refusé d'évoquer une quelconque réconciliation mais Jean-Pierre Mouroux a assuré à l'AFP que "le passé, c'est le passé. Maintenant, nous sommes dans la phase d'essai". "Notre coopération a évolué dans le bon sens. Nous avons même partiellement fusionné nos bureaux sur le site", a confié à l'AFP son homologue de TVO, Jouni Silvennoinen, lors d'une visite du réacteur.

Le réacteur d'Olkiluoto 3, situé en bordure de mer, semble, de l'extérieur, terminé mais à l'intérieur quelque 40.000 câbles doivent encore être connectés dans le cadre de la procédure d'automation. Une partie du système d'automation est fournie par Siemens et a été préalablement testée en Allemagne. L'Autorité de sûreté nucléaire finlandaise STUK a donné son accord pour la phase d'essai et le système était entrain d'être mis en place.

D. L. avec AFP