BFM Business

EPR en Finlande: l'exploitant TVO tire la sonnette d'alarme

-

- - Anne Hautefeuille - AFP

Le groupe finlandais craint qu'Areva SA, la partie d'Areva NP non rachetée par EDF, ait des ressources insuffisantes pour achever la construction de l'EPR.

Le producteur d'électricité finlandais TVO, futur exploitant d'un réacteur EPR que construit Areva, s'est dit mercredi "extrêmement inquiet" face à la restructuration de la filière nucléaire française, qui selon lui compromet la finition du projet.

L'électricien EDF a validé mardi son offre ferme pour le rachat d'Areva NP, l'activité réacteurs du groupe nucléaire français en difficulté Areva.

De ce fait, la construction du réacteur finlandais à la centrale d'Olkiluoto (ouest) doit être achevée par ce qui resterait d'Areva SA, entreprise gardant des contrats à risque qu'EDF ne souhaitait pas reprendre.

Une grande inquiétude

"TVO est extrêmement inquiet de voir que le futur Areva SA ne sera pas correctement financé et aura des ressources insuffisantes pour achever le projet", a indiqué à l'AFP la porte-parole de TVO, Anna Lehtiranta.

"L'expertise technique et les ressources humaines vitales seront transférés à New Areva NP, qui doit appartenir à EDF", a-t-elle déploré.

TVO "considère que la séparation entre la propriété du contrat et les ressources nécessaires pour l'achèvement et la mise en route de l'EPR OL3 n'est pas une attitude correcte de la part d'un fournisseur de technologies nucléaires", a-t-elle souligné.

Démarrée en 2005, la construction de cet EPR acheté 3 milliards d'euros par TVO s'est transformée au fil des ans en désastre financier pour Areva, qui a cumulé retards et déboires sur le chantier.

Les deux groupes se réclament mutuellement des milliards d'euros de dommages et intérêts devant la cour d'arbitrage de la Chambre de commerce internationale à Paris, qui doit trancher en 2017 ou 2018.

Les essais à froid sur le réacteur doivent commencer au début de l'été, pour une mise en service espérée fin 2018.

J.M. avec AFP