BFM Business

EPR britanniques: EDF tranchera avant fin 2013

EDF doit construire deux EPR dans le sud-ouest de la Grande Bretagne. Ici, celui de Flamanville.

EDF doit construire deux EPR dans le sud-ouest de la Grande Bretagne. Ici, celui de Flamanville. - -

L'énergéticien français, qui a publié des résultats meilleurs que prévu ce mardi 30 juillet, laisse entendre que ses projets nucléaires en Grande-Bretagne sont toujours suspendus aux négociations sur les tarifs.

EDF a présenté ce mardi 30 juillet ses résultats semestriels. L'électricien français fait mieux que prévu, avec un bénéfice en hausse de 3,5%. Une performance qui lui permet de relever ses objectifs pour 2013. Entre autres annonces, le président de l'énergéticien, Henri Proglio, a indiqué que les négociations se poursuivaient avec la Grande Bretagne pour la construction de deux réacteurs EPR.

Le nucléaire représente 20% de la production électrique en Grande Bretagne. Les gouvernements successifs de Tony Blair et David Cameron ont engagé des efforts importants pour tripler, à terme, la production. Le pays compte aujourd'hui 19 réacteurs, dont 15 sont exploités par la filiale britannique d'EDF, EDF Energy.

Le prix et la durée des tarifs garantis en question

Justement dans les projets de l'électricien français figure la construction de deux EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest du pays. Le montant du contrat s'élèverait à 16,5 milliards d'euros. EDF a reçu tous les feux verts administratifs pour la construction. Mais l'affaire n'est pas encore conclue car les négociations sur les tarifs d'achats de l'énergie, qui devaient s'achever l'année dernière, s'éternisent.

EDF et le Trésor britannique ne parviennent pas à s'entendre. D'après certaines sources, le Trésor aurait proposé 80 livres du mégawattheure, quand EDF en voudrait au minimum 100 pour rentabiliser son projet. Le groupe français ne confirme aucun chiffre mais "évoque la nécessité de trouver un prix d'équilibre". C'est-à-dire un coût acceptable, à la fois pour le consommateur et l'operateur.

Autre point d'anicroche: la durée de l'accord. Il faut déterminer pendant combien de temps le prix sera garanti, entre 30 et 40 ans. EDF prévoit de prendre une décision sur son projet avant la fin de l'année.

Jean-Baptiste Huet