BFM Business

Enbala veille sur le réseau électrique de demain

-

- - YoshikazuTsuno - AFP

Réduire le gaspillage et mieux répartir les ressources électriques en fonction de l'offre et de la demande, c'est le défi relevé par la société Enbala aux Etats-Unis.

Baptisée "Grid Balance", la technologie développée par la société canadienne Enbala ne produit pas d'électricité, mais elle gère en continu la demande d'énergie provenant des particuliers comme des professionnels, et ce avec une précision incroyable. La solution proposée par Enbala est donc une composante du réseau intelligent ("smart grid") de PJM Interconnection, le distributeur régional d'électricité de l'est des Etats-Unis. Une entreprise qui approvisionne quotidiennement plus de 60 millions de clients sur ce territoire.

Mieux, Enbala permet aussi de gérer l'irrégularité de la production provenant des sources renouvelables, telles que l'éolien ou le solaire. Bud Vos, directeur général de la société précise ses objectifs : "il s'agit de mettre à profit la flexibilité des actifs de nos clients. Grâce à un logiciel de prévision et d'optimisation précis, qu'on associe ensuite au réseau, on met à disposition de nos clients des ressources fiables 24 heures sur 24 et 365 jours par an". 

Réduire l'empreinte carbone des clients 

En sachant quand et comment l’électricité est utilisée, les services publics connectés au système d’Enbala peuvent réguler leurs flux d’énergie. Spécialisée dans le traitement de l’eau, la société American Water expérimente cette technologie depuis quelques temps déjà.

Grâce au logiciel mis à sa disposition, l’entreprise peut à tout moment (et même à distance) changer la puissance de ses pompes et compresseurs et ainsi équilibrer la demande et l’approvisionnement en électricité du réseau. Directeur des opérations chez American Water, Steve Taylor ne reconnaît que des avantages à cette technologie : "nous ne sommes qu’une petite partie d’une plus grande initiative pour l’énergie durable. Mais nous faisons notre part pour réduire notre empreinte carbone en tant qu’utilisateur final".

Il ne suffit alors que de petits ajustements – d’infimes doses de puissance ajoutée ou consommée - pour réguler le réseau. Le résultat : un système électrique plus flexible et au bout du compte, des coûts réduits pour le client et une utilisation d’énergie optimisée et non gaspillée.

Antonin Moriscot