BFM Business

En Jordanie les mosquées fonctionneront à l'énergie solaire

La Jordanie est à ce jour avant-gardiste en termes d'énergies renouvelables au Moyen Orient.

La Jordanie est à ce jour avant-gardiste en termes d'énergies renouvelables au Moyen Orient. - Khalil Mazraawi - AFP

La Jordanie présente un atout naturel: le soleil. Près de 6.000 mosquées fonctionneront à terme à l’énergie solaire. Une volonté du gouvernement jordanien qui souhaite désormais favoriser cette énergie propre.

Le soleil alimentera des mosquées jordaniennes. Le ministère de l’Environnement, en partenariat avec le ministère des Awqaf et des Affaires Islamiques de Jordanie, a en effet décidé d’équiper les toits des mosquées de son pays de panneaux solaires.

Ce projet débutera dans un premier temps avec la solarisation de 120 édifices religieux, pour s’élargir, progressivement. Actuellement, le royaume hachémite de Jordanie dépend majoritairement des énergies fossiles. Le royaume importe en effet 97% de son énergie sous la forme de pétrole (61%) et de gaz naturel (36%) depuis l’Irak et l’Egypte.

Le royaume possède des conditions géoclimatiques exceptionnelles: le soleil qui brille environ 300 jours par an, un régime de vents favorable, et 92% d'espace désertique favorisent considérablement le développement des énergies renouvelables.

La Jordanie importe 97% de ses besoins énergétiques

Le Royaume hachémite de Jordanie se dirige vers une démarche vertueuse. Mais le pays est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, la Jordanie cherche donc aujourd'hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais également à repenser la consommation d'énergie du pays. Cette ambition s'inscrit dans le plan de la transition énergétique jordanien. Son objectif: réduire à 61% l'énergie importée à l'horizon 2020.

Ahmad Abu Saa, un responsable du département Energies renouvelables du Ministère de l’environnement assure que les mosquées utilisent de grande quantité d’électricité. Ce projet contribuera ainsi à réduire leur facture énergétique. Il espère également "ouvrir la voie à d’autres pays". Les autorités jordaniennes souhaitent qu'à l'horizon 2020, 10% de l’énergie provienne de trois sources:

> L'énergie solaire, 600 MW (mégawatt)

> L'éolien, 600 à 1000 MW

> L'énergie obtenue à partir des déchets, 30 à 50 MW

Un royaume qui vit sous perfusion étrangère

En 2014 al-Urdunn (la Jordanie en arabe) a bénéficié d’une aide financière des grandes puissances occidentales et des monarchies du Golfe. Le pays a en effet reçu un soutien européen et international de 163 millions d’euros pour la construction du premier parc éolien: Jordan Wind Project Compagny (JWPC). Ces aides étrangères représentent 77% du coût total du projet. Parmi ces soutiens, la Banque européenne d’investissement fournira 53 millions d’euros. Le parc éolien produira 117 MW d’électricité. Il sera situé dans le gouvernerat de Tafila en Jordanie.

Des aides pas totalement désintéressées puisque la Jordanie est un élément central de la stabilité du Proche et Moyen Orient en assurant la tranquillité des frontières qu’elle partage avec l’Arabie Saoudite, l’Irak et Israël.

Khadria Fouad-Djama