BFM Business

En Allemagne, la grogne monte contre l’électricité verte

L'électricité coûtera 35 euros de plus en moyenne aux Allemands en 2014.

L'électricité coûtera 35 euros de plus en moyenne aux Allemands en 2014. - -

Subventionner les énergies renouvelables fera grimper de 35 euros la facture d'électricité annuelle des ménages allemands. Une hausse qui mécontente les consommateurs.

L’Allemagne passe pour un modèle européen en matière d’énergies renouvelables. Avec des champs d’éoliennes à perte de vue dans la mer du Nord et des versants bavarois dallés de panneaux solaires, les énergies vertes sont bien implantées outre-Rhin.

Mais pour les ménages, la facture voit rouge. Ce mardi, les gestionnaires de réseaux ont dévoilé le nouveau montant de la subvention aux énergies renouvelables pour l’année 2014. Financer l’électricité verte coûtera désormais 6,24 centimes par kWh aux clients, contre 5,3 centimes actuellement.

Ainsi, une famille moyenne payera 35 euros de plus par an. Une nouvelle qui provoque la grogne des consommateurs outre-Rhin. Avec plus de 25 centimes par kWh, l’Allemagne a l’électricité la plus chère d’Europe. A titre de comparaison, le kWh coûte environ 13 centimes en France.

Des cours qui s'effondrent pour les énergies vertes

Pour autant, les énergies renouvelables ne sont pas les seules à bénéficier de subventions. Le charbon, qui représente actuellement 45% de la production allemande d’électricité, a reçu de nombreuses aides publiques par le passé, permettant de maintenir des emplois dans les régions industrielles.

> Comparez le mix énergétique français et allemand en 2012

Seulement voilà, les cours de bourse des énergies renouvelables, cotées sur la plateforme EEX, se sont effondrés.

Ainsi, Deutsche Welle rapporte que 5 milliards d’euros d’électricité verte ont été échangé sur le marché, alors que le coût global de ces énergies était de 19 milliards d’euros. Les Allemands ont donc directement subventionné leurs éoliennes et panneaux solaires à hauteur de 14 milliards.

Le mix énergétique, un problème politique

Comme les subventions à d’autres sources d’énergie, celle sur les renouvelables pourrait disparaitre, dix ans après sa mise en place. Les experts estiment en effet que l’éolien et le solaire sont désormais des énergies matures, suffisamment bien implantées.

Angela Merkel l’avait d’ailleurs annoncé durant sa campagne électorale cet été: repenser les aides aux énergies vertes serait l’un des chantiers de son prochain mandat. Mais politiquement, la situation pourrait bien être plus compliquée.

Les négociations pour former une coalition au pouvoir n’ont toujours pas abouti avec les sociaux-démocrates. Et une alliance avec les Verts, un temps évoquée, s’éloigne de plus en plus. Nul doute qu’un arrêt de cette subvention ne faciliterait pas le rapprochement.

>> Pensez-vous que nos voisins européens soient en avance sur la transition énergétique ? Votez pour notre sondage.

Audrey Dufour