BFM Business

La transition énergétique, trop chère pour les finances publiques?

La transition énergétique vise à réduire la part du nucléaire et à fermer la centrale de Fessenheim.

La transition énergétique vise à réduire la part du nucléaire et à fermer la centrale de Fessenheim. - -

Jean-Marc Ayrault a rappelé, le 3 juillet, l'importance de la transition énergétique. Un dossier dont hérite Philippe Martin, le nouveau ministre de l’Ecologie. Mais cette promesse présidentielle semble incompatible avec les exigences de finances publiques.

C’était l’un des grands chantiers confiés à Delphine Batho, limogée le 3 juillet de son poste de ministre de l’Ecologie, et dont hérite Philippe Martin : mener à bien la transition énergétique promise par François Hollande lors de sa campagne présidentielle.

Mais si l'ambition politique est très forte sa mise en œuvre est plus difficile au vue des nouvelles exigences sur l’allégement des dépenses publiques.

L'enjeu de la transition énergétique est de réduire la part du nucléaire dans la consommation énergétique en France de 75 à 50% d'ici à 2020. Date à laquelle il faudra réduire de 20% les émissions de CO2.

40 à 70 milliards d'euros par an

Six mois de concertations n’ont pas vraiment permis de faire émerger un consensus entre syndicats, industriels,associations environnementales, élus et Etat. Il s’en est dégagé 4 scénarios énergétiques qui, en gros, brassent toutes les options possibles. Résultat c'est le flou le plus total. Le gouvernement doit plancher tout l’été afin de fournir ses recommandations, qu’il présentera dans un projet de loi prévu pour cet automne.

Le plus embêtant, c'est le coût de ces différents scénarios qui oscillent entre 40 et 70 milliards d'euros par an pendant plusieurs décennies. Voilà le prix de la transition énergétique !

Des ordres de grandeur qui donnent le tournis à l'heure de la maîtrise des déficits. Et même si on attend des mesures fiscales censées en financer une partie, ce sera surement une goutte d'eau au regard des coûts que représenteraient la fermeture de centrales nucléaires ou un programme de rénovation thermique à l'échelle nationale.

Mathieu Jolivet et BFMbusiness.com