BFM Business

Electricité nucléaire: la réponse cinglante d'EDF aux demandes "baroques" de Total Direct Energie

-

- - ERIC PIERMONT / AFP

Alors que la consommation chute, Total Direct Energie souhaite renoncer à l'électricité pré-commandée à EDF. "Les tribunaux en jugeront" répond le patron de l'électricien.

Finis les sourires, place à la bataille judiciaire. Ce jeudi, le PDG d'EDF est revenu, sur RTL, sur son conflit avec Total concernant les commandes d'électricité. Il a ainsi jugé "un petit peu baroque" les demandes de son concurrent, qui souhaite renoncer à l'électricité nucléaire qu'il avait commandée en raison de la crise du Covid-19, soulignant que "les tribunaux en jugeront".

Les fournisseurs alternatifs (Engie, Total, Eni, etc.) peuvent acheter à l'avance et à prix fixe une certaine quantité de l'électricité nucléaire produite par EDF, dans le cadre d'un mécanisme baptisé Arenh ("accès régulé à l'énergie nucléaire historique").

Mais certains fournisseurs, dont Total Direct Energie, filiale du géant pétrolier et gazier, veulent maintenant renoncer à cette électricité pré-commandée, évoquant un cas de force majeure avec la pandémie de Covid-19.

Le Tribunal de commerce saisi

"Maintenant que la demande a baissé en particulier de la part des entreprises et que les prix ont baissé, ils s'aperçoivent que +oh pas de chance on va peut-être perdre de l'argent+, alors ils nous disent +non non finalement on n'en veut pas de toute cette électricité, gardez-vous la+", a déclaré Jean-Bernard Lévy, avant l'assemblée générale d'EDF.

"A certains tout petits revendeurs, nous avons dit que nous étions prêts à faire des facilités de paiement s'ils avaient des difficultés de trésorerie", a-t-il poursuivi.

"Il y a aussi des gros (...) qui cherchent à obtenir une révision de leur contrat devant les tribunaux, les tribunaux en jugeront mais nous estimons qu'il n'y a pas matière", a-t-il ajouté.

Après l'échec d'une procédure devant le régulateur du secteur et le Conseil d'Etat, le Tribunal de commerce de Paris a été saisi dans cette affaire, ont indiqué à l'AFP plusieurs sources proches du dossier. 

Critiques contre Total

"J'ai entendu parler de dividendes, enfin ça n'a pas l'air d'aller si mal", a ironisé Jean-Bernard Lévy, interrogé spécifiquement sur Total.

Le géant pétrolier a en effet indiqué à l'occasion de ses résultats publiés mardi qu'il n'allait pas abaisser son dividende mais proposer à ses actionnaires de le verser en actions.

"Qu'ils viennent dire à EDF +finalement j'ai acheté un peu trop de courant électrique, vous ne voudriez pas me le rependre parce que ça m'embête de faire un peu de pertes quand même+, on a trouvé ça un petit peu baroque", a conclu Jean-Bernard Lévy.

TL avec l'AFP