BFM Business

Electricité : les prix devraient flamber d'ici à 2017

Les consommateurs doivent s'attendre à voir leur facture d'léectricité grimper dans les années à venir.

Les consommateurs doivent s'attendre à voir leur facture d'léectricité grimper dans les années à venir. - -

La facture d'électricité des ménages devrait augmenter de 30% dans les 4 ans, selon les prévisions de la Commission de régulation de l'énergie, publiées ce lundi. En cause : l'augmentation de la taxe destinée à financer les énergies renouvelables.

Nouvelle augmentation du prix de l'électricité en vue. Et celle-ci est loin d'être aussi anodine que celle enregistrée en janvier : les tarifs réglementés devraient augmenter de 30 % d'ici à 2017, selon des données issues d'un rapport publiés, ce lundi 18 février, par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Vendredi 15 février, Henri Proglio, le président d'EDF, évoquait, lui, dans une interview au Figaro une "hausse raisonnable dans les années à venir", mais sans donner plus de détails.

La CRE confirme en fait ses premières prévisions publiées il y a un an, qui étaient calculées sur la période 2012-2016. Les professionnels et les industriels seront moins touchés, puisque ceux soumis aux tarifs jaune (entre 36 et 250 kVA de consommation) seront soumis à 23,7% et ceux au tarif vert (plus de 250KVA) 16%.

Cette flambée des tarifs est en grande partie dûe à l'augmentation de la CSPE, une contribution à laquelle tous les particuliers sont soumis, afin de compenser les charges de service public sur l'électricité. Dans le détail, elle permet de compenser les surcoûts résultant de l'obligation faite à EDF de s'approvisionner auprès d'installations éoliennes, photovoltaïques et autres énergies renouvelables. Elle sert aussi à payer les tarifs sociaux proposés aux ménages défavorisés.

400 milliards d'euros d'investissements

Dans son rapport, la CRE estime que l'augmentation des tarifs de l'électricité sera causée à plus du tiers par la CSPE. Le gouvernement doit en effet rembourser au fournisseur d'énergie une ardoise de près de 5 milliards d'euros, résultat de sa décision de plafonner la CSPE depuis 2007, sans prendre en compte les couts réel d'approvisionnement pour EDF. L'accord finalisé le 14 janvier dernier prévoit le remboursement d'ici le 31 décembre 2018 de cette somme, par le biais d'une augmentation progressive de la contribution des ménages.

Dans ses prévisions, la CRE anticipe également une inflation de 2% par an, mais aussi une augmentation du tarif d'acheminement et du raccordement au réseau (le Turpe), en raison des lourds investissements qui doivent être faits pour le renouveler et le développer.

Cette nécessité d'investir dans le réseau a d'ailleurs été pointée du doigt dans un rapport présenté au Sénat en juillet dernier par l'écologiste Jean Desessard. Mais ses conclusions sont encore plus alarmantes pour le consommateur. Le sénateur estime en effet qu'il sera nécessaire d'investir 400 milliards dans les 20 années dans le secteur de l'électricité. Ce qui aura pour conséquence d'alourdir la facture d’électricité d’un ménage type de 50% sur les huit prochaines années.

Coralie Cathelinais