BFM Business

EDF : Proglio justifie les transferts de technologie nucléaire avec la Chine

Henri Proglio justifie les transferts de technologie nucléaire à la Chine

Henri Proglio justifie les transferts de technologie nucléaire à la Chine - -

Lors d’une visite en Chine, ce mardi 22 janvier, Henri Proglio a réaffirmé ne pas avoir transmis à la Chine de savoir-faire permettant aux spécialistes du nucléaire de ce pays de le devancer.

EDF contre-attaque. "En Chine, nous avons transféré la technologie nucléaire, ils ne l'avaient pas, et si un parc nucléaire existe en Chine c'est quand même grâce à EDF. Est-ce qu'on leur a donné les moyens de contrer EDF (...) ? La réponse est non", s’est insurgé le patron d’EDF, Henri Proglio, ce mardi 22 janvier, lors d’une visite en Chine en compagnie de Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, et de Luc Oursel, patron d’Areva.

"Si vous ne voulez pas vendre d'avions parce que vous avez peur que les gens imitent vos avions, vous n'en vendez pas", a-t-il ironisé. "Si vous ne voulez pas vendre d'automobiles de peur qu'ils fabriquent des voitures, vous n'en vendez pas non plus".

Une enquête est ouverte

Cette réponse fait suite à des attaques que subit le géant français de l'électricité. "Certaines technologies peuvent être partagées, d'autres pas". Pour Luc Oursel, le patron d'Areva, qui s'exprimait le 30 décembre dernier dans le JDD, il y a une ligne jaune à ne pas dépasser. Visé sans le nommer : EDF qui depuis deux ans tente de faire cavalier seul avec son partenaire chinois. Il n'hésiterait pas à trop en dire pour renforcer les liens et s'exporter sur les nouveaux marchés.

Pour en avoir le cœur net, Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, a récemment demandé l'ouverture d'une enquête sur les opérations d'EDF en Chine. Le but est de vérifier que le groupe n'est pas allé trop loin dans le transfert de technologie.

Ce qui explique peut-être la tension de ses entrevues avec les autorités chinoises lors de sa visite à Pékin, il y a deux semaines. La Chine menace d'aller voir ailleurs si les engagements d'EDF ne sont pas respectés.

Ne pas se fermer à un marché stratégique, sans pour autant trop en dévoiler : c'est tout l'enjeu actuel de la filière, et c'est au gouvernement de mettre le curseur.

BFM Business.com et Hélène Cornet