BFM Business

Dogger Bank: la Grande-Bretagne va déployer le plus grand champ d'éoliennes offshore au monde

-

- - Gemini Windpark - AFP

L'investissement global se hisse à plus de 10 milliards d'euros. Le projet devrait contribuer à atteindre la neutralité carbone du pays, objectif visé pour 2050.

En matière d'alternative aux énergies fossiles, la Grande-Bretagne fait le choix de l'éolien, notamment offshore, c'est-à-dire installé en pleine mer. Et le pays devrait très vite passer à la vitesse supérieure avec le projet Dogger Bank déployé en mer du Nord au large du Yorkshire.

Il s'agira, tout simplement, du plus grand champ d'éoliennes offshore au monde avec une capacité totale de 3,6 gigawatts (GW), soit l'équivalent de la consommation de 4,5 millions de foyers ou environ 5% de la production d'électricité britannique. 

Dogger Bank va nécessiter un investissement estimé à environ 9 milliards de livres sur la période 2020-2026, soit 10,2 milliards d'euros. La décision finale d'investissement pour le premier des trois sites, à 130 km à l'est des côtes du Yorkshire, est attendue en 2020 pour un début de production en 2023.

5% de la production électrique britannique 

Deux entreprises ont d'ores et déjà été sélectionnées après des enchères pour déployer ces éoliennes : le britannique SSE Renewables et le géant norvégien Equinor (l'ancien Statoil, qui a déjà remporté un contrat du même type à New York). Le premier aura en charge la construction et le second l'exploitation.

Le projet devrait contribuer à la neutralité carbone du pays, visée pour 2050. D'ailleurs, ce contrat s'inscrit dans le cadre plus large d'une attribution par le ministère britannique de l'Energie d'un ensemble de contrats dans l'éolien en mer d'une capacité totale de 6 GW.

"Ce qui est maintenant clairement établi, c'est que plus nous construisons d'éolien en mer, plus nos factures baisseront", a réagi John Sauven, directeur de Greenpeace en Grande-Bretagne, appelant le gouvernement britannique à relever encore ses ambitions en la matière "pour faire face à l'urgence climatique". "Au cours de la prochaine décennie, le Royaume-Uni doit tripler l'éolien et le solaire par rapport à leurs niveaux actuels pour relever ce défi".

Premier champ offshore en France

À titre de comparaison, le premier parc éolien offshore français dont la construction débute aujourd'hui (au large de Saint-Nazaire) délivrera 480 mégawatts (MW) soit l’équivalent de 20% de la consommation en électricité de la Loire-Atlantique pour un investissement de 2 milliards d'euros. La production devrait débuter au printemps 2022.

Les chantiers de l'Atlantique vont construire le poste électrique en mer, la sous-station qui se trouvera au milieu du parc et qui collectera toute l'électricité du dispositif. Général Electric aura en charge les colonnes.

En 2018, la production éolienne de 27,8 TWh classait la France au 4e rang en Europe, loin derrière l'Allemagne : 111,6 TWh, le Royaume-Uni : 55,8 TWh et l'Espagne : 50,8 TWh.

Parc éolien en France
Parc éolien en France © RTE
Olivier Chicheportiche avec AFP