BFM Business

Des déchets de riz pour éclairer les pauvres

Au sein de l'état du Bihar, dans le nord de l'Inde, 15% de la population n'a toujours pas accès à l'électricité. (image d'illustration)

Au sein de l'état du Bihar, dans le nord de l'Inde, 15% de la population n'a toujours pas accès à l'électricité. (image d'illustration) - Nandanupadhyay - Wikimédia - CC

En Inde, l'accès à l'électricité n'est pas donné à tous. Pour pallier ce manque, une entreprise a mis au point un mini réseau électrique alimenté par les résidus de la production rizicole.

Dans le nord de l'Inde, l'état du Bihar est un lieu qui semble être figé dans le temps depuis plusieurs générations déjà. A force d'efforts considérable 85% de la population qui compose ce territoire est désormais connectée au réseau électrique. Pour tenter de rattraper ce retard, l'entreprise Husk Power Systems a vu le jour.

Directeur de la société, le colonel Baljit Singh s'est fixé plusieurs objectifs: "l'idée première est de fournir de l'énergie aux plus démunis, à un prix abordable". Pour y parvenir, la société récupère un déchet agricole, la balle de riz. C'est ce qui reste une fois que le riz a été moulu. Au coeur du système développé par Husk Power Systems se trouve un gazéificateur de biomasse, qui transforme ces écorces de riz en un combustible : du biogaz. 

"Il existe deux étapes de combustion. La première, grâce à une température plus basse permet de sécher la matière. La seconde étape -se déroule à plus de 700°C- permet au gaz d'apparaître. Il est ensuite filtré pour obtenir une matière première qui servira plus tard de combustible au moteur du générateur" précise Baljit Singh. 

Rendre les gens heureux

Disposant actuellement de 84 mini réseaux électriques, Husk Power Systems raccorde de plus en plus de locaux. Sri Bhola Ram, un fermier raccordé depuis peu raconte le changement d'habitude qui a accompagné l'arrivée de cette source d'énergie chez lui. "Avant on utilisait le pétrole pour éclairer la maison. Maintenant avec l'électricité, les enfants peuvent étudier". 

Même si les utilisateurs paient leur électricité, cela leur revient bien moins cher que de se fournir en combustible. Quant aux résidus des balles de riz carbonisées, ils sont utilisés pour fabriquer des bâtonnets d'encens. 

Ce qui était jadis un déchet permet ainsi d'apporter plus de confort à des populations fragiles et surtout économiser des milliers de litres de carburant. 

Antonin Moriscot