BFM Business

Covoiturage: SNCF tente de défier BlaBlaCar

Pratique, économique, et collaboratif, le covoiturage attire de plus en plus d'utilisateurs

Pratique, économique, et collaboratif, le covoiturage attire de plus en plus d'utilisateurs - PHILIPPE DESMAZES / AFP

La SNCF lance ce mercredi 10 septembre IDvroom.com, un site de covoiturage. Objectif: se faire une place face à BlaBlaCar, qui domine ce marché et s'impose de plus en plus comme une alternative au train.

Ne plus se contenter de faire du "gare à gare" mais transporter les usagers "porte à porte", telle est la stratégie martelée par Guillaume Pépy. Dans cette optique, le patron de la SNCF lance ce mercredi 10 septembre un service de covoiturage, IDvroom. 

L'offre se concentre sur les trajets quotidiens, du domicile au travail ou à la gare, sans aucune commission prélevée. Un moyen pour la SNCF de se démarquer des concurrents sur ce marché, et tout particulièrement du leader européen, BlaBlaCar.

Il était urgent de réagir face à cette start-up qui remplit aujourd'hui l'équivalent de 1.500 rames de TGV chaque mois.

10 millions de membres pour BlaBlacar 

Les chiffres ont de quoi rendre jaloux n'importe quelle entreprise: BlaBlaCar fédère une communauté de 10 millions de membres répartis dans toute l'Europe, sa croissance annuelle dépasse les 200%.

Sa réussite a massivement attiré les investisseurs. BlaBlaCar a signé en juillet la plus importante levée de fonds du secteur d'Internet: 100 millions de dollars auprès d'un fonds d'investissement. Seul Deezer avait réussi à faire mieux en 2012. 

Grâce à cette opération, la start-up française va poursuivre son développement à l'international. Elle est déjà présente notamment en Espagne, au Royaume-Uni, en Italie, et s'est implantée récemment en Russie où elle s'est offert l'acteur local Podorozhniki en janvier 2014. Cap désormais sur un marché américain à fort potentiel: de vastes étendues, des infrastructures de qualité et des habitants coutumiers des déplacements en automobile.

Un service gagnant-gagnant 

Derrière cette réussite, Frédéric Mazzella, un entrepreneur qui a senti avant tout le monde que la consommation collaborative allait changer notre quotidien. Dès 2004, il lance le site covoiturage.fr. Depuis, le service a évolué mais reste simple et sécurisé: les conducteurs proposent sur l'interface les places disponibles dans leur véhicule et sont mis en relation avec des passagers à la recherche d'un voyage. Il faut compter en moyenne 20 euros pour un Paris-Rennes, moitié moins qu'un aller en train. Tout le monde y gagne: le chauffeur, qui partage les frais d'essence et de péage, le passager qui voyage moins cher qu'en train, et Blablacar qui se rémunère au passage.

Le site prélève une commission de 10% sur le paiement effectué, mais seulement en France et en Espagne. Dans les autres pays, la mise en relation n'est pas encore payante, Blablacar préfère atteindre une masse critique d'utilisateurs. Résultat, le Français n'a pas encore atteint la rentabilité. 

Charlyne Legris