BFM Business
Energie

Coupures d'électricité: ce que le gouvernement prévoit pour les personnes vulnérables

Des personnes âgées à Paris, le 12 mai 2020 (illustration)

Des personnes âgées à Paris, le 12 mai 2020 (illustration) - JOEL SAGET © 2019 AFP

Les agences régionales de santé vont devoir transmettre une liste des patients à haut risque vital de leur territoire aux gestionnaires de distribution d'électricité.

Alors que le gouvernement prépare les esprits à d'éventuelles coupures de courant en janvier, certains usagers demandent une attention particulière. C'est notamment le cas des personnes qui dépendent d'appareils pour vivre, les patients à haut risque vital (PHRV). Les patients sous respirateur ayant une autonomie inférieure ou égale à quatre heures par jour sont par exemple des PHRV.

Le gouvernement a adressé ce jeudi une circulaire aux préfets, afin de préparer les départements à d'éventuelles coupures programmées de l'électricité. Les personnes vulnérables sont mentionnées dans le document.

Les agences régionales de santé (ARS) sont ainsi chargées de recenser les patients à haut risque vital sur leur territoire et de transmettre cette liste aux gestionnaires de distribution d'électricité, "qui les auront bien prises en compte", déclare la circulaire. Les "sites critiques", comme les hôpitaux, ne seront pas concernés si des coupures ont effectivement lieu.

En cas de coupure d'électricité programmée, les gestionnaires devront prévenir les PHRV à partir de trois jours avant le délestage. Ils devront "s’assurer de leur information et de leur connaissance du signal EcoWatt rouge", qui indique que des coupures électriques sont inévitables si la consommation d’électricité ne diminue pas sur les créneaux horaires les plus tendus.

D'éventuels déplacements de ces personnes

Le gestionnaire du réseau public d'électricité en France, Enedis, "tiendra informées les ARS de toute situation particulière qui nécessiterait une prise en charge adaptée". Le gouvernement demande aussi aux préfets d'assurer, sur indication de leur ARS, "l’organisation des éventuels déplacements de ces personnes".

Pour les personnes qui ne sont pas à "haut risque vital" mais qui sont tout de même vulnérables, le gouvernement demande aux préfets de "rappeler aux communes la nécessité de procéder à l’inscription des personnes vulnérables sur leurs registres de personnes fragiles".

Ces registres recensent notamment les personnes âgées de 65 ans et plus résidant à leur domicile ou les personnes en situation de handicap et servent à leur prodiguer une aide en cas de situation présentant des risques pour eux, une canicule par exemple.

Une gestion au cas par cas

"Il vous appartiendra, en liaison avec les maires, de vous assurer que ces personnes auront connaissance du signal EcoWatt rouge à J-3 et, en cas d’équipement médical, que celui-ci ait une alimentation électrique autonome suffisante pour une coupure électrique supérieure à deux heures", détaille la circulaire.

Si ce n'est pas le cas, les services de secours devront décider si la personne concernée a besoin d'être évacuée vers un établissement de santé ou un autre site, de manière préventive.

Toutes les personnes "potentiellement fragiles" seront "gérées individuellement pour éviter toute situation compliquée", a assuré le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, sur BFMTV-RMC ce jeudi, sans en dire plus sur la manière dont elles seront prises en charge.

Des coupures qui restent hypothétiques

Le plan du gouvernement, qui concerne le territoire métropolitain sauf la Corse, reliée à l'Italie et qui dispose de sa propre production électrique, sert à préparer le pays, même si des délestages tournants, de maximum deux heures, restent à ce stade une hypothèse. Ils pourraient avoir lieu en janvier si l'approvisionnement en électricité vient à poser problème. Ces difficultés sont dues en partie au faible niveau de production d'électricité nucléaire en France cette année.

Il n'y aura aucun département délesté en entier, mais seulement des parties du territoire. Dans tous les cas, les coupures auraient lieu aux moments des pics de consommation, entre 8 et 13 heures le matin, et entre 18 et 20 heures le soir.

La circulaire du gouvernement prévoit que "l’information précisant les lieux concernés et indiquant les créneaux horaires de coupures sera disponible la veille, vers 17h".

Pour l'heure, le gouvernement se veut toutefois rassurant. Ce jeudi sur BFMTV-RMC, Olivier Véran a insisté sur le fait qu'il n'annonçait pas aux Français "qu'il y aura des coupures" et qu'il s'agissait avant tout d'"anticipation". A propos d'un risque de black-out, qui toucherait alors toute la France, le porte-parole du gouvernement a assuré que "ça n'arrivera pas".

Sophie Cazaux