BFM Business

Conflit en Ukraine: l'Europe aura-t-elle assez de gaz pour l'hiver?

Les stocks de gaz sont élevés en France grâce à un hiver 2013-2014 doux.

Les stocks de gaz sont élevés en France grâce à un hiver 2013-2014 doux. - Sergey Bobok - AFP

L'Europe s'inquiète de savoir si elle pourra importer son gaz de Russie cet hiver. Pour les industriels français, il n'y a pas d'inquiétude à avoir.

Concernant le dossier du gaz russe, il y a toujours des inquiétudes sur la question de savoir si l'approvisionnement de l'Europe via l'Ukraine pourra être assuré l'hiver prochain. D'ailleurs, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a mis en garde vendredi 29 août contre les risques qui pèsent sur la livraison de gaz russe vers l'Europe lors d'une conférence de presse avec le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger.

"La situation est hautement critique à l'approche de la saison de chauffage", a déclaré le ministre russe, ajoutant qu'"il y a un risque que le gaz livré par Gazprom pour l'Europe soit illégalement prélevé par l'Ukraine pour ses propres besoins".

Quelles seraient les conséquences si la Russie décidait de couper totalement le robinet du gaz à l'Ukraine? En France les industriels se montrent assez sereins.

Il n'y a pas de plan B pour cet hiver. Ou plus exactement il n'y en a pas besoin. Chez GDF-Suez par exemple, qui représente à lui seul 86% des clients particuliers en France, on assure suivre le dossier avec attention et l'on assure que l'on sera en mesure d'approvisionner normalement les clients.

La France n'importe de Russie que 17% de ses besoins

Dans tous les cas de figure, les industriels français dans leur ensemble ne sont pas inquiets. La France n'importe de Russie que 17% de ses besoins en gaz.

Et sinon elle dispose, soulignent-ils, d'un portefeuille d'une dizaine d'autres pays capables de l'approvisionner. Des contrats assez flexibles, assez adaptables.

Autre argument, les stocks français en cours de constitution seront au plus haut du fait de la douceur de l'hiver dernier.

Enfin, ils s'appuient sur deux principes de base. De tous temps, même à l'époque de la guerre froide, la Russie a été un partenaire fiable. Et puis, si l'Europe a besoin de la Russie, les Russes ont plus que jamais besoin de l'Europe pour exporter leur gaz.

Guillaume Paul avec AFP