BFM Business

Comprendre la compensation carbone en 5 points

Patrik Stollarz - AFP

Patrik Stollarz - AFP - Certaines entreprises se dédouanent de leur empreinte carbone.

Parallèlement à l’activité économique des énergies fossiles qui favorisent le réchauffement climatique, un nouveau marché se développe en France: la compensation carbone. Mais certaines entreprises y sont hostiles, lui préférant la technique de la reforestation.

"Malgré 10 ans d’existence en France, la compensation manque encore d’information neutre, homogène et à destination de tous les publics". Le constat, amer, est signé Renaud Bettin, chef de projet de la plateforme Info Compensation Carbone

C'est donc pour cela que Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités (Geres) avec le soutien de l’ADEME ont lancé la plateforme Info Compensation Carbone. Ce centre de ressources destiné au grand public propose une information pédagogique sur le mécanisme de la compensation carbone. 

La compensation carbone, c’est quoi?

Chaque individu émet du CO2, notamment à travers ses déplacements et son chauffage. En France, 50% des émissions proviennent des transports et du chauffage des habitations. Ce bilan CO2 a donné Il "consiste à financer grâce à l’achat de crédits carbone" un projet qui évite les émissions de CO2. Et ce en quantité équivalente à l’ensemble ou à une partie des émissions de gaz à effet de serre (GES) produites.

Ce processus de compensation carbone permet de rassembler des particuliers ou des entreprises qui veulent lutter contre le réchauffement climatique. Pour concrétiser leurs actions, ces acteurs peuvent "réaliser un projet dans un pays en voie de développement ou un projet en France" définit Renaud Bettin 

Quels sont les marchés de la compensation carbone? 

La compensation carbone peut s'effectuer via deux marchés: le marché obligatoire et le marché volontaire. Le premier "concerne les acteurs industriels dont les émissions ont été plafonné dans le cadre d’une réglementation internationale comme le protocole de Kyoto".

Parallèlement à ce cadre, s’est développé un marché volontaire. Il "n'est régit par aucune institution publique". La compensation carbone dite "volontaire" permet à "tous les acteurs" de financer la réduction de ses propres émissions de gaz à effet de serre sans contraintes énergétiques.

Mais "faute d’autorités, ce sont des labels de certifications qui garantissent la qualité des crédits carbone" déclare Renaud Bettin.

Qui sont les acteurs?

Chaque citoyen, entreprise, collectivité ou organisateur d’évènement peut compenser volontairement ses émissions de CO2. Les entreprises ont été les premiers acteurs à lancer des expériences de compensation volontaire. En 1989, le groupe américain de production d’électricité AES Corp, pionnier en la matière, a décidé de financer un projet agroforestier au Guatemala. Un coût de deux millions de dollars qui a permis de planter 50 millions d’arbres pour compenser les émissions de la nouvelle centrale construite par le groupe dans le Connecticut. 

Les particuliers, eux, peuvent compenser en achetant un crédit carbone à un opérateur de réduction carbone et de compensation carbone comme Action Carbone Solidaire

Quel est l’enjeu international du carbone?

Au niveau international, le Protocole de Kyoto a inspiré trois mécanismes de compensation:

> Le Mécanisme de Développement Propre (MDP). Les projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre du MDP sont mis en oeuvre par des pays occidentaux pour contribuer au développement durable des pays en voie de développement.

> La Mise en Œuvre Conjointe (MOC). Ce mécanisme de financement de projets s'adresse aux pays industrialisés. En se fixant deux objectifs: stocker le carbone et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ce mécanisme concerne principalement le domaine industriel et forestier.

Ces deux mécanismes sont "cadrés par les autorités onusiennes". Par exemple, le MDP et la MOC ont permis à la municipalité de Sao Paulo, au Brésil, de bénéficier de 13 millions d’euros en revendant les crédits carbone économisés grâce à une centrale "écologique" mise en place.

> Enfin, le système d'échange de quotas d'émissions. Ce mécanisme consiste à plafonner le gaz à effet de serre en accordant des "droits à émettre", et des autorisations d'échanger ces droits sur les places de marché. Le tout afin d'encourager l'amélioration des systèmes de production les plus polluants et les moins efficaces en termes d'énergies renouvelables.

La compensation carbone, une illusion écologique? 

Effet de mode? Achat de conscience écologique? Ou réelle prise de conscience climatique? Des ONG se sont penchées sur ces questions. Notamment les Amis de la Terre France qui accusent certaines entreprises de participer au greenwashing, à savoir des stratégies de communication trompeuses qui verdissent l’image d’entreprises polluantes. "On conteste l'efficacité du processus de compensation carbone" car certaines entreprises décident "d'atteindre un seuil de neutralité carbone en finançant des projets ailleurs" mais " violent les droits des communautés du Sud", déclarent les Amis de la Terre. 

C'est le cas de General Motors qui a lancé un vaste programme d’achat de forêt au Brésil pour compenser ses émissions. 

Khadria Fouad-Djama