BFM Business

Comment Suez va aider Total à convertir la raffinerie de la Mède

Vue aérienne du complexe pétrochimique de la Mède, dans les Bouches-du-Rhône.

Vue aérienne du complexe pétrochimique de la Mède, dans les Bouches-du-Rhône. - Pascal Pochard-Casabianca - AFP

Suez et Total ont annoncé mardi la signature d'un partenariat sur dix ans pour collecter sur tout le territoire français des huiles alimentaires usagées afin de les recycler en biocarburant.

L'avenir de la raffinerie Total de la Mède (Bouches-du-Rhône) passera par les biocarburants. Après avoir produit des carburants conventionnels pendant 80 ans, ce complexe pétrochimique situé sur les bords de l'étang de Berre, à une trentaine de kilomètres de Marseille, va connaître un nouveau destin.

Ayant décidé de mettre un terme aux activités classiques de raffinage, Total a cependant consenti à investir 275 millions d'euros sur le site pour en faire la première bio-raffinerie de France. Engagé dans ce projet, Suez se chargera, pour sa part, de collecter et de fournir à l'exploitant une nouvelle matière première, c'est-à-dire des huiles alimentaires usagées. 

Dans le cadre du partenariat noué avec Total, "Suez s'engage à livrer 20.000 tonnes d'huiles alimentaires usagées" indique l'entreprise dans un communiqué. Ces fluides seront collectés auprès des particuliers, comme des plus gros acteurs de l'industrie agroalimentaire. Ils seront ensuite "transformés en biocarburant sur le site la bioraffinerie de Total à La Mède" indique le communiqué commun des deux groupes. 

L'émergence d'une nouvelle filière 

Auprès de l'AFP, les deux entreprises indiquent que le complexe produira du biodiesel de grande qualité (HVO) "grâce au raffinage d'huiles alimentaires usagées, d'huiles résiduelles et d'huiles végétales" qui "se mélangeront parfaitement au diesel, sans aucun impact sur la qualité du carburant ou sur les moteurs et sans limite d'incorporation".

La nouvelle unité de filtration, permettant de pré-traiter les huiles, construite par Suez sur le site de la Mède, devrait permettre de maintenir 250 emplois sur le site, à l'horizon 2020.

Pour Michel Charton, directeur du raffinage européen chez Total, "ce partenariat novateur avec Suez va permettre de mettre en place une filière durable de recyclage d'huiles usagées à l'échelle du pays". Les deux groupes entendent augmenter la collecte d'huiles usagées en France de plus de 20%, alors que cette dernière représente actuellement 45.000 tonnes par an, pour un gisement estimé à plus de 100.000 tonnes par an. 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV