BFM Business

Comment l'État a pleinement profité de la baisse des prix du pétrole

Sur les six premiers mois de l'année 2016, la taxe intérieure de consommation des produits énergétiques a rapporté 30% de plus à l'État qu'en 2015. Sans que les automobilistes ne s'en aperçoivent.

Le ministère de l’Économie s’en frotte les mains. Fin juin, les recettes générées par la TICPE, cette taxe remplaçant la TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers), ont atteint 7,6 milliards d’euros. Le premier semestre 2016 a donc rapporté 1,8 milliard d’euros de plus dans les caisses de l'État que le premier semestre 2015 selon les documents publiés par Bercy. C'est également que la prévision de recettes du gouvernement pour l'ensemble de l'année 2016.

De son côté, le ministère explique que ces bonnes recettes sont le fruit du "redémarrage de l'économie". En ce qui concerne la TICPE, Bercy souligne que "la hausse des recettes est alimentée par la montée en charge de la contribution climat-énergie". Un dispositif mis en place en 2013, à l’initiative de l’ex-ministre du Développement durable, Philippe Martin, visant à lutter contre la pollution atmosphérique et qui est incluse dans la TICPE. 

En pratique, cette contribution environnementale se traduit donc par une légère hausse du coût des carburants. Ainsi, depuis le 1er janvier 2016, le litre d’essence sans-plomb a augmenté de 2 centimes d’euro, et le litre de gazole de 2,5 centimes d’euro. 

Les prix à la pompe ont augmenté, ceux du pétrole ont baissé 

Dans le même temps, le gouvernement a mis en place le "rapprochement de la fiscalité" entre l'essence et le gazole. Ce carburant a donc augmenté de 1 centime d'euro, quand le prix du sans-plomb a diminué de... 1 centime. Comme le rappelle Le Figaro, sur la même période, l'État a également décidé de promouvoir l'utilisation des biocarburants en modifiant leur fiscalité. Le prix du sans-plomb 95 a donc grimpé de 1 centime par litre, quand celui du SP95-E10 (contenant 10% d'éthanol) a diminué de 1 centime.

En résumé, le gazole a vu son prix augmenter de 3,5 centimes d'euros par litre et l'essence de 2 centimes. Dans le même temps, les cours du pétrole ont baissé, rendant ainsi difficilement perceptible pour les automobilistes l'alourdissement de la TICPE. Si le gouvernement poursuit sur sa lancée, en 2017, les prix du gazole devraient à nouveau augmenter de 1 centime et ceux de l'essence baisser de 1 centime d'euro. 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV