BFM Business

Canada: l’Alberta veut doubler le montant de sa taxe carbone

En 2017 la taxe carbone de l'Alberta passera de 15 à 30 dollars canadiens par tonne de CO2. (image d'illustration)

En 2017 la taxe carbone de l'Alberta passera de 15 à 30 dollars canadiens par tonne de CO2. (image d'illustration) - Dirk Ingo Franke - Wikimedia - CC

Première province canadienne en termes d’émissions de gaz à effet de serre, l’Alberta souhaite doubler d’ici à 2017 le montant de la taxe carbone qu’elle impose à ses entreprises les plus polluantes.

Les sous-sols de la province de l’Alberta, au Canada, sont considérés comme la troisième réserve d’or noir de la planète. Problème! les nombreuses entreprises issues de l’industrie pétrolière et installées sur ce territoire sont également responsables d’importants rejets de gaz à effet de serre. En 2013, les émissions de de la province ont atteint 267 millions de tonnes.

Depuis 2007, les entreprises produisant plus de 100.000 tonnes de dioxyde de carbone par an doivent réduire leurs émissions de 12%. Si elles n’y parviennent pas, une taxe de 15 dollars canadiens (l’équivalent de 11 euros) est prélevée par tonne excédentaire. Une règle aujourd’hui remise en cause par la nouvelle majorité de centre gauche, arrivée au pouvoir au mois de mai.

Constatant "l’échec de la précédente législation", le nouveau gouvernement provincial a annoncé que les entreprises devront réduire de 20% le volume de leurs émissions polluantes à compter de 2017. Toute tonne supplémentaire émise sera alors taxée à hauteur de 30 dollars canadiens, au lieu de 15. 

"Résoudre un problème mondial majeur"

Shannon Philipps, ministre de l’Environnement de cette province, est consciente que si l'Alberta "veut plus d'accès aux marchés internationaux pour son pétrole", la province doit contribuer à résoudre le problème mondial du réchauffement climatique. 

Lors de la présentation de ces nouvelles mesures de lutte contre les gaz à effet de serre, elle a annoncé la création d’un groupe de consultation sur l’environnement. Chargés de débattre avec les acteurs des industries polluantes, les participants ont pour mission d'établir une proposition d'action préliminaire pour la province avant la tenue de la conférence de l’ONU (COP21) sur le climat, qui aura lieu à Paris début décembre.

Le Canada a jusqu’ici raté tous ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre. En préparation de la conférence de Paris, le pays s'était engagé à réduire de 30% ses émissions d'ici 2030 par rapport à 2005.

A.M. avec AFP