BFM Business

Benoît Potier (Air Liquide): "ne regardons pas la croissance sous un seul angle géographique"

Benoît Potier propose "d'aller chercher les marchés en croissance là où ils sont"

Benoît Potier propose "d'aller chercher les marchés en croissance là où ils sont" - -

Le PDG d'Air Liquide était l'invité de BFM Business, ce jeudi 12 décembre. Il est notamment revenu sur les objectifs de son entreprise et a considéré que l'écart de croissance entre pays émergents et développés se réduit.

10 milliards d'euros. C'est le montant des investissements qu'Air Liquide compte réaliser sur la période 2016-2020. Le groupe l'a annoncé lors d'une journée investisseurs, mercredi 11 décembre.

"Pour générer notre croissance nous sommes une industrie qui investit énormément", a expliqué son PDG, Benoît Potier, invité de BFM Business ce jeudi 12 décembre.

Il explique qu'avant de déterminer le niveau de ces investissements "nous avons fait le point sur nos marchés". Et sur ce sujet "le principal message que nous avons voulu faire passer est qu'il ne faut pas regarder la croissance future sous un seul angle géographique".

L'écart entre pays émergents et avancés va "décroître"

"Autrefois la règle du jeu était d'aller chercher la croissance dans les pays émergents. Mais le différentiel de croissance entre les pays émergents et pays matures est passé de 10% à 5%, et il va encore décroître", a-t-il avancé.

Pour lui, il convient donc "d'aller chercher les marchés en croissance là où ils sont, y compris dans les marchés matures". Il a cité "l’Amérique du Nord qui a un taux de croissance supérieur à celui des pays avancés".

Revenant ensuite sur les perspectives de son groupe, Benoît Potier a indiqué que "la santé est un des deux secteurs, avec la grande industrie, qui va être un moteur de croissance dans les deux prochaines années mais aussi dans les sept prochaines".

Il a précisé que la santé à domicile est "le domaine dans lequel les innovations seront les plus nombreuses". "Le système de santé doit être organisé différemment" a-t-il avancé avant d'ajouter que son groupe "a développé des technologies pour connecter le patient à son médecin".

J.M.