BFM Business

Dons, aides aux salariés, adaptation de leur production: ce que font les entreprises françaises face au coronavirus

Plusieurs entreprises ont annoncé des initiatives

Plusieurs entreprises ont annoncé des initiatives - YANN COATSALIOU / AFP

Pour faire face à l'épidémie de coronavirus et contribuer à l'effort national, plusieurs entreprises ont pris des initiatives visant notamment à soutenir les personnels soignants ou leurs salariés.

Dons de masques, d'équipements médicaux ou d'espèces, logement et repas pour les soignants... Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, plusieurs entreprises affichent la volonté de participer à l'effort national en promettant par exemple des dons de matériel, en réorientant leur production ou en accordant des primes à leur salariés. Tour d'horizon. 

Masques et autres équipements de protection

De nombreuses entreprises comme Airbus, Air France ou encore l'armateur CMA CGM ont mis en place un "pont aérien" avec la Chine pour répondre à la pénurie de masques. Cela devrait permettre d'assurer la livraison en France "d'environ 40 millions de masques en quatre semaines", selon l'Association française des entreprises privées.

D'autres se sont lancés dans la fabrication de ces équipements de protection, à l'image de Michelin qui va produire 400.000 masques chirurgicaux pour ses salariés et des personnels de santé. Il va également fabriquer des visières stérilisables.

Autres initiatives similaires dans le secteur du luxe: LVMH a commencé la production de "plusieurs centaines de milliers" de masques non chirurgicaux, tandis que Chanel va fournir plus de 700.000 masques ainsi que 150.000 blouses. Certains acteurs promettent d'autres équipements de protection comme des sur-blouses. Le groupe d'emballages ménagers Sphère a par exemple réorganisé une partie de sa production, avec l'objectif de livrer 10 millions de sur-blouses et manchettes aux hôpitaux.

Gel hydroalcoolique et médicaments

Des fabricants de cosmétiques ou d'alcools réorientent leur production pour fabriquer des gels hydroalcooliques. L'Oréal notamment s'est lancé avec ses marques La Roche-Posay et Garnier, LVMH assure produire plus de 50 tonnes hebdomadaires de gel pour les hôpitaux sur ses sites Dior, Guerlain et Givenchy, Hermès a annoncé donner plus de 30 tonnes de solution qu'il a produites. Pernod-Ricard a donné 70.000 litres d'alcool pur au laboratoire Cooper, lui permettant de produire 80.000 litres de solution. 

Côté médicaments, le laboratoire Sanofi va faire don de 100 millions de doses d'hydroxychloroquine à une cinquantaine de pays. 

Respirateurs, impression 3D

Un consortium réunissant Air Liquide, Schneider Electric, Valeo et PSA doit fabriquer "d'ici mi-mai 10.000 respirateurs" pour les hôpitaux. Le Centre national d'études spatiales élabore des prototypes, notamment des "diviseurs de flux" permettant de brancher jusqu'à trois patients sur un même respirateur.

Beaucoup d'entreprises proposent aussi d'utiliser leurs capacités d'impression 3D pour fabriquer des équipements (visières de protection, valves pour respirateurs...). C'est le cas par exemple d'Airbus en Espagne. 

Dons en numéraire

Plusieurs groupes ont annoncé des dons atteignant parfois plusieurs millions d'euros à destination des hôpitaux ou des associations. Hermès a par exemple promis 20 millions d’euros pour l'AP-HP, et la fondation du groupe de BTP Vinci 10 millions qui vont notamment servir "au corps médical" et au secteur social. Le soutien financier de BNP Paribas dépasse 50 millions d'euros qui vont notamment servir à aider les hôpitaux et les populations fragiles dans une trentaine de pays. 

L'assureur mutualiste Covéa a de son côté lancé des "congés solidaires". Ses 21.000 salariés sont invités à poser 5 jours de solidarité. Pour chaque jour, le groupe abondera de 10 euros un fonds qui doit notamment bénéficier à la Fondation des Hôpitaux de Paris.

Transports et repas

La SNCF offre la gratuité sur les TGV et trains Intercités pour les soignants allant renforcer un hôpital. Elle ne facture pas non plus les évacuations par ses TGV sanitaires. En région parisienne, vingt navettes de bus réservées aux personnels des hôpitaux, Ehpad et cliniques privées sont organisées par Île-de-France Mobilités et la RATP. 

Uber ne fait pas payer sa commission aux personnels hospitaliers et a promis d'offrir "des milliers" de trajets. La plateforme Marcel a également promis la possibilité aux personnels soignants en Ile-de-France de se déplacer gratuitement JCDecaux offre quant à lui aux soignants un abonnement d'un an pour ses vélos en libre-service.

Côté restauration, outre de grands chefs préparant des repas pour les soignants, PME comme grands groupes de l'agroalimentaire s'impliquent pour les nourrir. Carambar a offert 400 kilos de tablettes de chocolat à l'hôpital de Blois, et Nestlé France "plus de 2 millions de tasses de café et boissons chocolatées" ou encore "près de 2 tonnes de chocolat" aux hôpitaux.

Hébergement

Afin d'héberger du personnel soignant ou des sans-abri, des groupes hôteliers comme Accor ont mis des chambres à disposition. Airbnb entend aussi fournir des logements gratuits ou subventionnés aux soignants, tandis que l'assureur des professionnels de santé MACSF leur met à disposition des logements dans des résidences étudiantes.

Aides aux salariés

Certains groupes réduisent les dividendes versés à leurs actionnaires ou les rémunérations de leurs dirigeants pour financer des fonds de soutien aux salariés. Les dirigeants de Sodexo ont notamment renoncé à une partie de leur rémunération pour financer un fonds d'aide de 30 millions d'euros destiné aux salariés du groupe de restauration ayant perdu leur emploi.

Lagardère a puisé dans la trésorerie qui devait initialement servir à des dividendes pour constituer un fonds de 5 millions d’euros pour soutenir ses salariés et partenaires. Edenred (services prépayés) a promis jusqu'à 15 millions d'euros pour protéger ses collaborateurs, en particulier dans "des pays sans ou à faible protection médicale et sociale".

Suez va verser une prime de 1000 euros net pour les collaborateurs présents sur le terrain et maintenir les salaires pour les salariés qui devraient être placés en chômage partiel. Auchan, Castorama, Lidl... Plusieurs enseignes ont également annoncé le versement d'une prime exceptionnelle à leurs salariés qui continuent de travailler. 

P.L avec AFP