BFM Business

Déconfinement: "la santé des collaborateurs" est devenue un enjeu crucial en entreprise

Sur BFM Business, Georges Aoun, co-fondateur et directeur général de Concilio, estime que les entreprises devront poursuivre leurs efforts pour préserver la santé de leurs collaborateurs après le confinement.

Avec la pandémie, la santé est devenue un enjeu crucial que les entreprises placent désormais comme l'une de leurs priorités. Un constat dressé par Georges Aoun, le patron de Concilio, une société qui accompagne les entreprises et l'ensemble de leurs salariés dans leur parcours santé, qui était invité ce lundi dans l'émission "12 Heure – L'Heure H" sur BFM Business.

"Heureusement et grâce au Covid quelque part, ce sujet (de la santé, NDLR) ne se pose plus aujourd'hui. (…) On a eu beaucoup plus de demandes maintenant de nos prospects, de nos clients", explique Georges Aoun. Du fait de la situation sanitaire, les entreprises sont désormais en quête de réponses pour mieux accompagner leurs collaborateurs dans leurs démarches de santé.

"L'actif humain est un actif central – c'est ce que l'on dit depuis plusieurs années – et la crise du Covid montre que la santé impacte fortement l'actif des entreprises. Donc 'oui', c'est un sujet dans lequel les entreprises doivent investir et c'est un sujet qui, fondamentalement, est amené à se développer dans les années qui viennent".

Dix fois plus de téléconsultations

Mais à quelques jours de la fin du confinement, le co-fondateur de Concilio tient à faire passer un message.

"La réalité, c'est que la santé des collaborateurs va être impactée aujourd'hui, dans six mois, dans un an et que ce qui a été mis en place pendant deux, trois, quatre semaines, c'est quelque chose qui doit être pérennisé. C'est quelque chose qui, fondamentalement, est là pour aider les entreprises et les collaborateurs. Donc nous par exemple, on a vu une multiplication par dix du nombre de téléconsultations au cours des dernières semaines. Et cette multiplication répond à un vrai besoin. En fait aujourd'hui, 30% d'une téléconsultation évite un passage en urgence. Donc c'est un élément central dans la réassurance de nos utilisateurs et aussi dans la gestion des flux, donc dans la gestion de l'économie et de la santé en général", conclut-il.

JCH