BFM Business

Wimbledon-Roland Garros, un match qui fait la fortune des joueurs

-

- - Carl Court - AFP

Le prestigieux tournoi britannique a annoncé, ce mardi 28 avril une hausse conséquente de son "prize money", l'ensemble des dotations accordées aux joueurs. De quoi rester la compétition de tennis la plus lucrative.

L'inflation continue. Alors que la Fédération française de Tennis a annoncé, il y a quelques semaines une hausse sensible de l'ensemble des récompenses attribuées aux joueurs à Roland Garros, les organisateurs de Wimbledon ont décidé de faire de même, ce mardi 28 avril.

Au total, le "prize money", c'est-à-dire l'ensemble des dotations, augmente de 7% pour 2015, soit un total de 26,75 millions de livres (41 millions de dollars ou 37 millions d'euros).

Attirer les meilleurs joueurs

Un montant qui fait de Wimbledon le tournoi de tennis le plus lucratif au monde, devant l'US Open (40,8 millions de dollars en 2014). A titre de comparaison, les récompenses de l'édition 2015 de Roland Garros ont progressé de 12% pour atteindre 28 millions d'euros.

Evidemment tout le but de l'opération est de continuer à attirer les meilleurs joueurs tout en restant compétitif face aux autres compétitions. "Sans les meilleurs joueurs nous ne serions pas le meilleur tournoi de tennis", a ainsi expliqué en conférence de presse le président du All England Club (celui de Wimbledon), Philip Brook, selon Reuters UK.

Ce dernier a d'ailleurs précisé avoir davantage ciblé la deuxième moitié du tableau (à partir des huitièmes de finale) afin de "rééquilibrer" l'ensemble des dotations.

Les Masters 1000 en embuscade

Dans le détail les heureux vainqueurs en simple, homme comme femmes, toucheront 1,88 million de livres cette année, contre 1,76 million en 2014. Les doubles féminins et masculins seront dotés de 341 livres et le double mixte de 100.800 livres.

Wimbledon se met donc au diapason des autres tournois qui ont tous augmenté leurs dotations de façon considérable. Car outre les quatre épreuves du Grand Chelem, les Masters 1000 (Londres, Madrid, Rome) ont également revu nettement à la hausse leurs enveloppes, attendant la libération hypothétique d'une place dans le Grand Chelem.

J.M.