BFM Business

Vivendi dépasse le seuil des 10% de droits de vote d'Ubisoft

Vivendi avance ses pions dans Ubisoft.

Vivendi avance ses pions dans Ubisoft. - Eric Piermont - AFP

Le groupe français est encore monté au capital de l'éditeur de jeux vidéo. Il détient 11,52% du capital et 10,15% des droits de vote.

Vivendi grignote peu à peu des parts. Le groupe français, recentré sur les médias et la production de contenus, a dépassé le seuil de 10% des droits de vote de l'éditeur français de jeux vidéo Ubisoft, a indiqué vendredi l'Autorité des marchés financiers (AMF). Vivendi "a déclaré avoir franchi en hausse, le 16 novembre 2015, le seuil de 10% des droits de vote de la société Ubisoft Entertainment et détenir (...) 11,52% du capital et 10,15% des droits de vote de cette société", a annoncé le gendarme de la Bourse, informé vendredi par le groupe.

Cette montée au capital "résulte d'une acquisition d'actions Ubisoft Entertainment sur le marché", ajoute l'avis financier de l'AMF. Vivendi a progressivement renforcé sa participation dans les éditeurs de jeux Ubisoft et Gameloft depuis qu'il a annoncé le 14 octobre son entrée au capital des deux sociétés, fondées et dirigées respectivement par les frères Yves et Michel Guillemot, mais dont le capital est très dispersé.

Une "agression"

Les intentions de Vivendi n'ont pas changé depuis sa déclaration du 26 octobre, a précisé l'AMF. "Le groupe envisage de poursuivre ses achats en fonction des conditions de marché", avait-il alors fait savoir. "Ces achats n'ont pas été spécifiquement conçus comme une étape préparatoire à un projet de prise de contrôle d'Ubisoft et Gameloft".

Néanmoins, sur les six prochains mois, Vivendi ne peut pas écarter la possibilité d'envisager un tel projet", avait ajouté Vivendi. Yves Guillemot a qualifié d'"agression" fin octobre cette intrusion non sollicitée au capital d'Ubisoft et a affirmé la volonté d'indépendance de son entreprise, tandis que Vivendi a indiqué vouloir être représenté "le moment venu" au conseil d'administration.

D. L. avec AFP