BFM Business

Virgin Megastore: une offre de reprise sérieuse par Naive

Patrick Zelnick a annoncé au micro d'Hedwige Chevrillon son intention de formuler une offre de reprise de Virgin Megastore avec le Britannique Rough Trade

Patrick Zelnick a annoncé au micro d'Hedwige Chevrillon son intention de formuler une offre de reprise de Virgin Megastore avec le Britannique Rough Trade - -

Le patron de Naive, Patrick Zelnik, a annoncé sa candidature à la reprise de Virgin megastore sur BFM Business le 17 janvier. Il pourrait formuler une offre avec son homologue britannique Rough Trade.

Le fondateur du label indépendant Naive, Patrick Zelnik, croit toujours en l’avenir de Virgin. Au point que, dans Le Grand Journal de BFM Business le 17 janvier, il a affirmé son intention de formuler une offre de reprise conjointe avec le Britannique Rough Trade de "tous les Megastore".

"J'ai plusieurs concepts dont je ne peux pas parler ici, plusieurs idées qui pourraient relancer la chaîne", a-t-il assuré, sans livrer davantage de détail.

Pour celui qui a créé le concept Virgin Megastore, et dirigé Virgin Record en France, les magasins type Virgin, Fnac ou HMV peuvent s’en sortir. "Internet ne tuera pas les métiers traditionnels", il en est convaincu.

Les distributeurs de biens culturels ont perdu leur crédibilité

Les performances de Rough Trade, le distributeur de biens culturels outre-Manche, montrent bien les limites de la "substitution" et la pertinence de la "complémentarité" entre modernité et tradition. Ses deux magasins londoniens connaissent une "croissance est à deux chiffres", affirme Patrick Zelnick.

Virgin Megastore des Champs Elysées a ouvert fin 1988, explique Patrick Zelnik, qui rappelle que "c’était à l’époque un phénomène de société, le lieu de rencontre privilégié de la jeunesse".

Mais entretemps, raconte-t-il, "les actionnaires et les contrôleurs de gestion" ont décidé que les livres et les disques dont la rotation n’était pas suffisante seraient supprimés des rayons.

C'est ce qui a provoqué le départ de l’ex-patron de Virgin France, qui le martèle : "quand un magasin, dit spécialisé, commence à fonctionner comme un supermarché, il perd sa crédibilité".

Apparemment en pleines démarches pour formuler sa proposition de reprise, Patrick Zelnik a regretté que l’actuel propriétaire de Virgin, Walter Butler, refuse de le rencontrer.

BFM Business