BFM Business

Virgin Megastore : l’Etat invité à mettre la main à la poche

Patrick Zelnik veut convaincre l'Etat de l'aider à sauver le Virgin Megastore des Champs-Elysées.

Patrick Zelnik veut convaincre l'Etat de l'aider à sauver le Virgin Megastore des Champs-Elysées. - -

Patrick Zelnik, patron du label Naïve, élabore une offre de reprise de la chaîne de distribution de produits culturels. Mais pour assurer la sauvegarde du magasin des Champs-Elysées, il réclame une aide de l’Etat.

Le Virgin Megastore des Champs-Elysées fait partie du patrimoine culturel. C’est avec cet argument que Patrick Zelnik , fondateur du label indépendant Naïve et ex-patron de Virgin-France, entend convaincre l’Etat de mettre la main à la poche pour assurer sa sauvegarde.

Sur France Inter, ce mardi 29 janvier, il a déclaré que ce magasin (7 000 m2 pour un bail de 20 millions d'euros par an, tout de même) était "une institution". Et que dans ce cas "l’Etat peut aider", même s'il n’est pas favorable "systématiquement aux subventions".

Le patron de Naïve souhaite en effet déposer une offre de reprise pour la chaîne Virgin Megastore, placée en redressement judiciaire depuis le 14 janvier. Il a officiellement déclaré ses intentions lors d’un passage sur l’antenne de BFM Business le 18 janvier.

Des magasins en grandes difficultés

Patrick Zelnik dispose d’un délai de 4 mois pour finaliser son projet et trouver des partenaires. Il est déjà un peu revenu sur son projet initial, qui était de reprendre l’ensemble des 26 Megastore. Il n’affiche plus la même certitude. "Je ne sais pas encore. Les syndicats eux-mêmes disent que certains magasins, sont en grandes difficultés", a-t-il expliqué.

Quant au partenaire financier, le label britannique Tough Trade est toujours intéressé, même si "rien n’est finalisé".

Le patron de Naïve n’est pas le seul à étudier une offre de reprise. L’enseigne Cultura, spécialisée dans la culture et les loisirs créatifs, serait aussi sur les rangs. Le gouvernement a pour sa part indiqué qu’il serait attentif à la reprise des actifs de la marque.

Coralie Cathelinais