BFM Business

Virgin : les syndicats appellent à la mobilisation

les magasins Virgin vont se déclarer en cessation de paiement

les magasins Virgin vont se déclarer en cessation de paiement - -

Les magasins Virgin, qui emploient 1 000 salariés en France, vont se déclarer en cessation de paiement, a annoncé vendredi une porte-parole de la direction. Les syndicats appellent à la mobilisation.

Le concurrent direct de la FNAC ne se porte pas bien dans l'hexagone. Les magasins Virgin ont vont se déclarer en cessation de paimenent, a fait savoir un porte-parole de l'entreprise. La direction de Virgin Stores a convoqué lundi 7 janvier un comité d'entreprise extraordinaire « dont l'objet va porter sur le projet de déclaration de cessation de paiement de l'entreprise », a précisé la porte parole de cette société, contrôlée par Butler Capital Partners. La cessation de paiement, également appelée dépôt de bilan, est la première démarche que doit accomplir une entreprise qui n'est plus en mesure de régler ses créanciers. Elle peut éventuellement déboucher sur une procédure de redressement, ou sur une liquidation judiciaire, c'est à dire la disparition de l'entreprise.

Virgin victime de la chute des marchés traditionnels

Virgin est confronté depuis plusieurs années, comme d'autres distributeurs spécialisés, à la chute de ses marchés traditionnels, comme les CD et les DVD. En deux ans, le groupe a déjà réduit ses effectifs de 200 salariés, a souligné la porte-parole. Le groupe exploite encore 25 magasins en France. La direction a déjà entrepris de résilier le bail de son adresse la plus emblématique, le Virgin Megastore des Champs-Elysées à Paris, qui génère 20% du chiffre d'affaires de l'entreprise. Interrogé, Butler Capital, actionnaire notamment des groupes Sernam (messageries), Partouche (casinos), Osiatis (services informatiques) et Anovo (maintenance de produits technologiques), n'a pas voulu faire de commentaires avant la tenue du comité d'entreprise.

L'appel des syndicats à la mobilisation

Les syndicats de Virgin ont appelé vendredi les salariés à se mobiliser, après l'annonce par la direction que le groupe comptait se déclarer en cessation de paiement. Dans un communiqué, l'intersyndicale (CFTC, CFE-CGC, CGT, FO et SUD) appelle à « un grand élan de tous les salariés » et annonce un rassemblement le 9 janvier devant le magasin des Champs Elysées à Paris, dont le bail est en voie d'être résilié. « On est assez combatifs. On ne va pas se laisser faire », a déclaré Jean Damien (SUD), précisant que les syndicats avaient « de fortes présomptions » quant à une telle annonce car « quand une entreprise dit que ça va mal et ne présente pas de PSE (plan de sauvegarde de l'emploi), ça veut dire qu'ils veulent nous enfumer ». « Vu l'état des comptes, on s'y attendait à moitié », a renchéri Loïc Delacourt, élu CFE-CGC au CE, relevant que la situation de l'entreprise était notamment liée à la conjoncture économique qui nuit à l'achat de produits culturels, mais également un manque de moyens alloués par les actionnaires à une « stratégie offensive pour trouver de nouveaux marchés ».
Interrogé sur ce dossier, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger y a vu la démonstration « que tous les secteurs sont confrontés à un moment donné à des difficultés économiques ». Mais il a aussi pointé le fait que « Virgin n'a pas fait les virages qu'il fallait à un moment donné en terme de stratégie économique ».

Le titre de l'encadré ici

L'empire Virgin aux mains de Lagardère et Butler Capital|||

La chaîne de magasins, issue de l'empire Virgin du milliardaire britannique Richard Branson mais cédée en 2001 à Lagardère, qui en détient aujourd'hui 20%, contre 74% contrôlés par Butler Capital, a déjà enchaîné les fermetures de magasins, les effectifs fondant de 200 salariés ces deux dernières années.

Tugdual de Dieuleveult avec AFP