BFM Business

Ubisoft "confiant" dans le soutien de ses actionnaires face à Vivendi

Le chiffre d’affaires de l’éditeur de jeux vidéo a progressé de 44% au premier trimestre 2016.

Le chiffre d’affaires de l’éditeur de jeux vidéo a progressé de 44% au premier trimestre 2016. - Flickr- cc - Kuba-Bozanowski

Le groupe dirigé par Vincent Bolloré demande à être représenté au conseil d'administration de l’éditeur de jeux vidéo. Ce que refusent les fondateurs.

La direction de l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft s'est déclarée mardi "confiante" dans le soutien de ses actionnaires face à Vivendi et a confirmé ses objectifs annuels après une progression de 44% de son chiffre d'affaires au premier trimestre.

Le groupe de médias et contenus Vivendi, qui est monté de façon non sollicitée jusqu'à 22% du capital d'Ubisoft, demande à être représenté à son conseil d'administration alors que l'assemblée générale de l'éditeur est prévue le 29 septembre. Ubisoft a affiché une hausse de 44% de ses ventes au premier trimestre de son exercice décalé 2016/17 à 139,1 millions d'euros, et a confirmé ses objectifs annuels.

100 millions d'euros 

Pour le deuxième trimestre, le groupe s'attend à un chiffre d'affaires d'environ 100 millions d'euros, en retrait par rapport aux 110 millions d'euros publiés un an plus tôt à la même période. Ces résultats "valident la stratégie" d'Ubisoft qui "n'a jamais été en aussi bonne forme", a souligné Alain Martinez, le directeur financier du groupe à des journalistes.

"Nous sommes confiants, nous continuons à discuter pour nous assurer que toutes les résolutions que nous présentons ont le soutien (des actionnaires). Pour l'instant il nous semble que c'est le cas", a déclaré le responsable.

Alain Martinez a précisé qu'"une majorité" des actionnaires avec qui le groupe était en discussion - soit en théorie 69% du capital -, soutenait sa stratégie.

Vivendi s'est lancé depuis plusieurs mois dans une double offensive visant les éditeurs français de jeux vidéo Ubisoft et Gameloft, tous deux fondés par les frères Yves et Michel Guillemot.

Les Guillemot, 15% des droits de vote

Dans le cadre de cette double bataille, Vivendi a pour l'instant réussi à prendre le contrôle de Gameloft, forçant Michel Guillemot à quitter l'entreprise.

Le groupe de médias est monté à 22,8% du capital et 20,2% des droits de vote d'Ubisoft, selon un avis de l'Autorité des marchés financiers (AMF) publié lundi. La famille Guillemot détient de son côté une part du capital "proche de 9%" correspondant à 15% des droits de vote, a précisé le groupe mardi, ce qui laisse une part de 69% du capital flottant.

Le groupe de Vincent Bolloré a indiqué ne pas prévoir de lancer une offre publique d'achat sur Ubisoft dans l'immédiat, mais a demandé à être représenté au conseil d'administration à la hauteur de sa participation, une perspective rejetée par les Guillemot.

A.R. avec AFP