BFM Business

TF1 n’intégrera pas de publicité dans ses JT… pour l’instant

La chaîne craint une fuite de son audience sur France Télévisions

La chaîne craint une fuite de son audience sur France Télévisions - Martin Bureau - AFP

Le PDG du groupe, Gilles Pélisson, a indiqué ne pas vouloir introduire la publicité dans les JT de TF1 dans l'immédiat par crainte de voir son audience fuir sur France Télévisions.

TF1 patientera. Désormais autorisé par le CSA à introduire des publicités au milieu de ses journaux télévisés, la chaîne privée ne devrait cependant pas faire usage dans l'immédiat de cette possibilité qui risquerait de provoquer une fuite de son audience sur France Télévisions, a-t-il prévenu. "Nous ne considérons pas dans le groupe que c'est une chose très importante", a noté Gilles Pélisson.

Le groupe devrait néanmoins commencer à signer au quatrième trimestre des accords pour de nouveaux décrochages publicitaires en Belgique. Les annonceurs vont pouvoir cibler dès 2018 ce marché sur lequel TF1 a une audience de quelque 20%.

Le patron de TF1 a aussi répété la détermination du groupe à être payé pour la diffusion de ses chaînes gratuites par les opérateurs télécoms, très réticents à accepter de nouvelles règles du jeu. "Nous faisons des progrès dans ces discussions", a assuré Gilles Pélisson.

Chiffre d’affaires publicitaire en hausse

Sur le premier semestre, le chiffre d'affaires publicitaire du groupe a atteint 782,1 millions d'euros, en hausse de 1,6% (dont une croissance de 1,2% pour les chaînes gratuites). Le groupe voit son résultat opérationnel courant bondir de 87% à 107,6 millions d'euros grâce à des économies de 30,7 millions d'euros par rapport à l'année précédente dues à l'absence d'événement sportif majeur sur la période. Cette performance a permis au groupe de confirmer ses objectifs, notamment de stabilisation de sa part de marché publicitaire cette année et à moyen terme.

Sur 2017-2019, il s'efforcera de maîtriser ses coûts de programmes et d'améliorer sa rentabilité avec un objectif de taux de marge opérationnelle courante à deux chiffres en 2019 et une croissance des activités hors publicité pour parvenir à un tiers du chiffre d'affaires consolidé en 2019.

Les chaînes de la TNT tirent l’activité du groupe vers le haut

TF1 a également confirmé à l'issue du premier semestre une amélioration de son activité et de sa rentabilité grâce à la bonne forme de ses chaînes de la TNT et se montre confiant pour le reste de l'année. Le leader de la télévision française a publié ce lundi un bénéfice net de 46,9 millions d'euros pour le deuxième trimestre, quasiment multiplié par rapport au printemps 2016. Son résultat net s'élève ainsi à 74,6 millions sur le premier semestre, dépassant déjà celui de l'exercice 2016 dans son entier.

"La stratégie multichaîne a payé", a relevé Gilles Pélisson au cours d'une conférence téléphonique pour les analystes, soulignant "qu'il y a encore des opportunités pour les groupes de télévision dont les contenus sont exclusifs". TF1 estime en effet que la "stratégie multichaînes" et la transformation du groupe "ont eu un impact positif de 19,4 millions d'euros sur le résultat opérationnel courant du premier semestre". Le groupe a aussi bénéficié d'un impact positif de la cession du groupe AB à Mediawan à hauteur de 7 millions d'euros sur la période.

Recul des recettes publicitaires de la chaîne TF1

Le groupe TF1 a notamment bénéficié d'une progression de l'audience de ses chaînes de la TNT, grâce notamment au repositionnement de TMC depuis la rentrée avec l'apport de l'émission Quotidien avec Yann Barthès, qui ont gonflé ses recettes publicitaires. Il a aussi profité d'un développement du parrainage, permis par un assouplissement de la régulation, dont la contribution est cependant encore modeste, et poursuivi ses efforts de maîtrise des coûts.

Les performances de ses chaînes de la TNT ont plus que compensé le recul des recettes publicitaires de sa chaîne amiral TF1, qui voit en revanche son audience continuer à s'effriter. Gilles Pélisson se réjouit tout de même d'avoir rétabli sur cette chaîne sa position en première partie de soirée (access prime time) avec le jeu "The Wall". L'activité de production est en recul, notamment de la part de Newen, qui devrait se rattraper au deuxième semestre avec la livraison de nouveaux programmes, a indiqué la direction de TF1. Gilles Pélisson dit espérer une amélioration des recettes publicitaires au deuxième semestre grâce à un rebond de la conjoncture.

P.L avec AFP