BFM Business

Taxe à 75%: les clubs de Ligue 1 devront payer 40,1 millions d’euros

Nasser Al-Khelaifi, le président du PSG (au centre), a largement été impacté par la taxe à 75%.

Nasser Al-Khelaifi, le président du PSG (au centre), a largement été impacté par la taxe à 75%. - Franck Fife- AFP

Au titre de l’année 2013, neuf clubs de football professionnels ont été impactés par la taxe sur les hauts revenus. A lui seul, le Paris Saint-Germain a dû débourser plus de 20 millions d’euros.

Après avoir longtemps réclamé d’en être exemptés, agitant même la menace d’une grève, les clubs de Ligue 1 ont dû se résoudre à payer la taxe à 75%. Jeudi 25 septembre, un premier bilan a été dressé par la Ligue professionnelle de football, devant la commission des Finances de l’Assemblée. Une audition dont le résumé a été rapporté sur Twitter par l’un des députés présents, Regis Juanico.

Comme attendu par les pouvoirs publics, la facture s’élève à 40,1 millions d’euros au titre de l’année 2013. Au total, neuf clubs sont impactés par la taxe, les 10 autres ne versant aucune rémunération supérieure à un million d’euros annuels. Monaco, de son côté, a été épargné, le gouvernement craignant que le Conseil constitutionnel ne vienne retoquer l’ensemble du dispositif à cause de sa domiciliation fiscale à l’étranger.

Marseille, Lyon et Lille obtiennent un étalement de leur paiement

Sans surprise, le Paris Saint-Germain est le principal contributeur, puisque le club de la capitale a versé 20,8 millions d’euros, soit plus de la moitié du montant total. Suivent l’Olympique de Marseille avec 4,45 millions d’euros, l’Olympique lyonnais (4 millions) et le Losc (2,99 millions). A noter que ces trois clubs bénéficieront, à leur demande, d’un étalement de leur paiement sur deux ans.

Les Girondins de Bordeaux, pour leur part, ont dû débourser 2,77 millions d’euros, le Stade rennais 2 millions, Saint-Etienne 1,84 million, l’OGC Nice 716.000 euros, et Toulouse 559.000 euros. Au total, 32,75 millions d’euros avaient été versés par les clubs en septembre 2014.

Yann Duvert