BFM Business

TAP Portugal cédée au patron d'une compagnie low cost brésilienne

TAP Portugal est privatisée.

TAP Portugal est privatisée. - Patricia de Melo Moreira - AFP

David Neeleman, le fondateur d'Azul Brazilian airlines a été préféré au patron d'Avianca. Il va injectier dans un premier temps au moins 354 millions d'euros pour contrôler 61% de la très endettée compagnie nationale portugaise

La privatisation de TAP Portugal est actée. Le gouvernement portugais a décidé de céder 61% du capital de la compagnie nationale à un homme d'affaires américano-brésilien qui a fait fortune dans l'aérien. David Neeleman, fondateur de la compagnie brésilienne low cost Azul, a été préféré à un autre magnat sud-américain, German Efromovich, propriétaire de la compagnie colombienne Avianca.

"L'offre sélectionnée est celle du consortium Gateway", emmené par David Neeleman, associé à l'homme d'affaires portugais Humberto Pedrosa du groupe de transport routier Barraqueiro, a annoncé Miguel Poiares Maduro, ministre adjoint au Premier ministre, devant la presse. Le choix du gouvernement s'est porté sur "la meilleure offre, notamment en ce qui concerne le renforcement de la capacité financière du groupe TAP", a-t-il ajouté.

"Au moins 354 millions d'euros"

La candidature luso-brésilienne l'a emporté grâce à une offre globale chiffrée par le gouvernement à "au moins 354 millions d'euros", montant qui comprend la recapitalisation de l'entreprise, l'argent à verser à l'Etat et le prix de l'option de vente sur les 34% restant.

"Ce montant peut atteindre les 488 millions d'euros en fonction de la performance de l'entreprise en 2015", a précisé Isabel Castelo Branco, la secrétaire d'Etat au trésor. Le gouvernement de centre droit avait décidé à la mi-novembre de relancer la privatisation de la TAP afin de se défaire de 66% du capital du groupe, dont 5% réservés aux salariés.

A court de trésorerie et endetté à hauteur de plus d'un milliard d'euros, le groupe TAP avait creusé ses pertes à 85,1 millions d'euros en 2014.

D. L. avec AFP