BFM Business

Salon du livre: pourquoi les livres numériques restent-ils si chers?

Sur la version numérique d'un best seller, le rabais par rapport au papier ne dépasse pas 25%.

Sur la version numérique d'un best seller, le rabais par rapport au papier ne dépasse pas 25%. - -

Ni frais d'impression, ni achat de papier, ni stockage : alors pourquoi les livres numériques bénéficient-ils d'un rabais de seulement 20 à 30% par rapport au livre broché? Un choix destiné entre autre à ne pas déstabiliser la filière.

Le dernier tome de Cinquante nuances de Grey de E.L. James ou encore Demain de Guillaume Mussot, les best-sellers du moment, affichent un prix d'environ 20 euros en version brochée. Les détenteurs de tablette ou de liseuse peuvent, eux, les acheter en version numérique pour 15 euros.

Ces 5 euros de différence paraissent minimes aux yeux des acheteurs qui, pour beaucoup, sont passés au numérique pour des questions de coûts. Ainsi, selon une étude Ipsos réalisée en 2011, ils espèreraient un rabais de plus de 40%. Dans les faits, celui-ci varie de 20 à 30%.

Plus de papier à fournir, plus d'imprimeur à payer, plus de livraison ni de stockage des livres à assurer. Autant de dépenses qui disparaissent et qui pourraient contribuer à faire chuter le prix des livres numériques. Mais pour les éditeurs, ces arguments ne tiennent pas. Car ces frais ne comptent que pour 30% du prix de vente d'un ouvrage.

Et développer une version numérique entraîne d'autres dépenses, avancent les professionnels. Certes, refaire la mise en page, créer des liens de navigation, réviser le texte sont des opérations complexes pour des ouvrages comme des guides pratiques ou les livres d'arts…

Moins de 80 euros pour numériser un roman

Mais pour les romans, l'investissement est minime. "Il faut compter entre 60 à 80 euros pour créer un epub ou un Kindle d'un roman car c'est une opération simple. D'autant que les ouvrages récents ont déjà une source numérique comme InDesign ou Xpress", explique le dirigeant de la Livrerie numérique, à qui Bragelonne ou encore les éditions Leduc ont confié la numérisation de leurs fonds.

Si les éditeurs sont à ce point réticents à baisser le prix du numérique c'est donc pour d'autres raisons. Notamment à cause de la faiblesse des volumes écoulés. "La part du numérique dans les ventes d'Albin Michel se situe aux alentours de 2%", explique Alexis Esmenard, directeur du développement numérique chez Albin Michel. Chez Laffont, c'est environ 3%. Mais en moyenne, il faut plutôt tabler sur 1%. Du coup, les professionnels ne peuvent pas espérer un retour sur investissement grâce aux volumes.

Protectionnisme

Mais les éditeurs agissent aussi par protectionnisme. En baissant le prix du numérique, ils craignent d'entraîner leur secteur dans la spirale de la destruction de valeur. Ils veulent aussi préserver une autre de leur activité : le livre de poche.

Le secteur représente le quart de la production et génère 14 % du chiffre d'affaires des éditeurs. Avec un prix moyen de 6,50 euros, il serait donc le premier exposé à être cannibalisé par des e-book à bas prix. Et aucun éditeur n'est encore prêt à tenter l'expérience.

Le titre de l'encadré ici

|||Quel TVA sur le livre numérique?

"Il faut que le livre numérique ait les mêmes droits, la même fiscalité que le livre physique", a estimé François Hollande en visitant, jeudi 21 mars, le Salon du livre. Actuellement, les deux sont taxés au taux réduit (de 5,5%). Mais Bruxelles ne considère toujours pas le livre numérique comme un bien pouvant bénéficier d'une telle TVA réduite.

La Commission a d'ailleurs saisie en février la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) sur ce point. Le bras de fer n'est donc pas terminé.

Coralie Cathelinais