BFM Business

Roland-Garros: la FFT toujours favorable aux chaînes payantes

Roland-Garros pourrait bien être diffusé en partie sur une chaîne payante dès l'année prochaine.

Roland-Garros pourrait bien être diffusé en partie sur une chaîne payante dès l'année prochaine. - -

La remise en jeu des droits TV du tournoi, en septembre prochain, pourrait voir la compétition passer aux mains d'une chaîne payante. L'Etat s'y oppose, au contraire de la Fédération française de tennis.

Ce vendredi 7 juin, la France aura les yeux rivés sur le match de Jo-Wilfried Tsonga, qui dispute la demi-finale de Roland-Garros. Une situation rendue possible par sa diffusion en clair sur France Télévisions, mais qui pourrait bien évoluer.

Les droits TV du prestigieux tournoi seront en effet remis en jeu, en septembre, par la Fédération française de tennis (FFT). Si M6 a déjà fait part de son intérêt, Canal Plus et BeIN Sport pourraient bien s’offrir une nouvelle joute.

C’est là que le bât blesse: si le tournoi passait aux mains de la chaîne qatarie, qui ne dispose d’aucune chaîne en clair, une part importante des matchs ne serait plus accessible gratuitement.

Devant un tollé annoncé, Valérie Fourneyron, la ministre des Sports, a donc pris les devants. Dans un entretien au JDD, le 25 mai dernier, cette dernière exclut tout passage de Roland-Garros sur une chaîne payante. Quitte à utiliser l’arme règlementaire, affirme-t-elle : "On peut avoir une réponse graduée.

Le décret Télévision sans frontières de 2004 imposant la diffusion gratuite de 28 grands événements sera modifié cet été, pour intégrer notamment les finales de la Coupe du monde et de l'Euro de football féminin. Pour Roland-Garros, seules les finales sont aujourd'hui concernées par le décret TSF. Pourquoi ne pas intégrer la totalité du tournoi, s'il le faut?"

La FFT pas contre "un attelage payant-gratuit"

Mais Gilbert Ysern, le directeur du tournoi et directeur général de la FFT, ne l’entend pas de cette oreille. Nous restons dans une logique de diffusion au plus grand nombre, a-t-il assuré à BFMBusiness.com. Mais l’équation financière rentre également en compte. Nous avons un stade à construire, c’est un investissement très lourd".

Pour le dirigeant, l’intérêt de BeIN Sport est loin d’être un problème: "On peut envisager un attelage payant-gratuit. Nous avons beaucoup de matchs, ce qui atténue l’éventuelle perte de visibilité."

Actuellement, France Télévisions débourse environ 15 millions d’euros par ans pour les droits de Roland-Garros. Ces derniers seraient "sous-valorisés", selon Gilbert Ysern. Le prix devrait donc fortement grimper, ce qui pourrait pousser le groupe public, en proie à des difficultés financières, à se retirer de la course. Et ouvrirait grand la porte aux géants que sont Canal Plus et BeIN Sport. A moins que l’Etat ne mette sa menace à exécution.

Yann Duvert