BFM Business

Quels livres d'économie lire cet été?

La librairie de l'éco vous propose une sélection de livres pour vos moments de détente.

La librairie de l'éco vous propose une sélection de livres pour vos moments de détente. - Stocksnap - CC

Les vacances sonnent la fin d’une saison très riche pour la littérature économique. L’équipe de "La librairie de l’éco", fidèle à sa mission de faire découvrir chaque semaine le meilleur de la littérature économique, vous propose une sélection de 13 livres à lire absolument.

S’il n’y avait qu’un seul livre à emporter sur une "île déserte", selon l’expression consacrée, pas d’hésitation: choisissez le lauréat du Grand Prix du livre d’éco décerné par BFM Business et la société de gestion Montpensier. Un prix destiné à braquer les projecteurs sur un livre original, qui fait avancer le débat économique, qui repose sur une argumentation solide tout en étant lisible par le plus grand nombre. Il s’agit de "Pour en finir avec les mafias" d’Emmanuelle Auriol, aux éditions Armand Colin. Dans ce livre, l’auteure, professeure à l’Université de Toulouse dans l’équipe de Jean Tirole, présente ses propositions pour venir à bout des industries de la drogue, de la prostitution et de l’immigration clandestine. Emmanuelle Auriol explore les particularités de chaque industrie et questionne les effets des solutions possibles comme la légalisation et l’encadrement. Le tout en abordant les difficultés éthiques, sécuritaires et économiques inhérentes à ces sujets avec finesse et délicatesse.

Mais puisque le principe du livre unique sur l’île déserte reste très théorique, n’hésitez pas non plus à mettre dans vos valises les autres livres finalistes du Grand Prix BFM Business Montpensier. D’abord, "La Fabrique du Conformisme" d’Eric Maurin aux éditions Seuil-La république des idées. Cet ouvrage explore un nouveau type de conformisme, qui n’est plus contraint par la tradition et dominé par la peur de la réprobation sociale, mais qui est devenu un conformisme d’adhésion et d’imitation.

Autre pépite: "L’homme inutile" de Pierre-Noel Giraud, aux éditions Odile Jacob. L’auteur explore les pistes de politique économique pour sortir de ce qu’il considère comme la "pire forme d’inégalité". Quatrième suggestion: "L’impunité fiscale" par Alexis Spire et Katia Weidenfeld aux éditions La Découverte, qui explore pourquoi la justice française tend à ne pas considérer la fraude fiscale comme un crime à part entière. Dernier finaliste: "Tous rentiers" de Philippe Askenazy, aux éditions Odile Jacob, qui montre brillamment comment derrière chaque Français se cache un rentier et s’interroge sur les clés d’une nouvelle répartition.

Mais les douze derniers mois ont aussi été marqués par la publication d’un nombre record de livres de poids lourds du monde académique. Celui de Jean Tirole, d’abord, "L’économie du bien commun", aux PUF: son premier ouvrage grand public dans lequel le prix Nobel d’économie 2014 décrypte les enjeux de tous les grands défis économiques, du climat à l’Europe en passant par le marché du travail et le numérique.

Autre auteur phare, le seul économiste que le public plébiscite à chaque livre, Daniel Cohen, pour "Le monde est clos et le désir infini", aux Editions Albin Michel, ou comment vivre dans un monde à la croissance durablement faible. Toujours lumineux. Et puis l’école de la régulation a fait feu de tout bois, une thématique abordée par Robert Boyer, dans "Économie politique des capitalismes", aux éditions La découverte, et Michel Aglietta, "Monnaie entre dette et souveraineté", chez Odile Jacob. Deux livres exigeants mais qui pour l’un comme pour l’autre, synthétisent trente ans de travaux.

Quelques livres étrangers à ne pas rater: "Connectography" de Parag Khanna, dans lequel l’auteur nous présente la montée d’un nouveau réseau mondial pour une interconnectivité au service d’un monde meilleur. "Le Boom de la Chine: Pourquoi elle ne dirigera pas le monde" de Ho-Fung Hung; "The end of alchimy", l’ouvrage référence de l’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mervyn King, brillante mise en perspective des défis auxquels sont aujourd’hui confrontées les banques centrales. Pour terminer, enfin, et pour le jeune public, signalons la version revisitée de la "Ferme des animaux" de George Orwell par Olivier Babeau.

Vous avez maintenant une bonne liste d’ouvrages passionnants pour nourrir votre curiosité économique estivale. Profitez-en alors en attente de notre prochaine rencontre sur la Librairie de l’éco à la rentrée. Bonne lecture et à bientôt!

Bechir Ayachi