BFM Business

Quel est le produit culturel français qui s'exporte le mieux?

Les jeux vidéo (ici Assassin's Creed) sont le produit culturel français qui s'exporte le mieux

Les jeux vidéo (ici Assassin's Creed) sont le produit culturel français qui s'exporte le mieux - Ubisoft

Selon une étude réalisée par le cabinet Ernst & Young, ce sont les jeux vidéo qui s'exportent le mieux, devant les livres.

La culture veut montrer qu'elle est une industrie. Tel est le message de l'étude publiée vendredi 27 novembre par le consortium France Creative, qui regroupe les syndicats professionnels des différents secteurs (presse, édition, musique, arts graphiques et plastiques, etc.). Réalisée par Ernst & Young, c'est la seconde du genre après un premier opus publié il y a deux ans.

L'étude montre que le secteur emploie 1,3 million de personnes, soit "plus du double des emplois liés à la production automobile, et 8 fois ceux du secteur de la chimie", dont 300.000 pour les seuls arts visuels. À noter que ces salariés sont plus jeunes que dans les autres secteurs: 47% des actifs ont moins de 40 ans, contre 44% pour les autres actifs.

La culture résiste à la crise

Autre conclusion: la culture résiste mieux à la crise. Elle a représenté en 2013 83,6 milliards d’euros, soit une hausse de 1,2% en deux ans, contre +0,9% pour le reste de l'économie.

Mais le point le plus intéressant de l'étude est le détail des exportations par secteur (cf. ci-dessous). On découvre ainsi que le jeu vidéo est le produit culturel français qui s'exporte le mieux, devant le livre. Les ventes à l'étranger restent marginales pour les autres produits, comme les films, ou la musique.

Mutisme sur les subventions

Reste que l'étude souffre toujours des mêmes faiblesses. D'abord, elle ratisse assez large, incluant la publicité, le design, l'architecture, la tapisserie, la céramique, la gravure... Ensuite, le revenu mis en avant inclut 10,9 milliards d'euros de "revenus connexes imputables à la consommation de biens culturels: vente de tablettes, téléviseurs, smartphones, PC".

Surtout, l'étude tient tant à démontrer que la culture est une industrie comme une autre que les subventions publiques sont à peine évoquées. Leur part dans le spectacle vivant (danse, théâtre, cirque, concerts), qui figurait dans l'étude il y a deux ans, ne figure même plus dans cette édition.

Exportations par secteur (part des revenus totaux en %)

Jeu vidéo: 940 millions d'euros (21%) Livre: 689 millions d'euros (12%) Presse: 367 millions d'euros (3%) Musique: 251 millions d'euros (3%) Télévision: 249 millions d'euros (2%) Cinéma: 165 millions d'euros (4%)

source: E&Y

Jamal Henni