BFM Business

Publicité: M6 répond à TF1

Robin Leproux était l'invité de BFM Business ce mardi 14 mai

Robin Leproux était l'invité de BFM Business ce mardi 14 mai - -

Robin Leproux, vice-président du directoire du groupe M6, a déploré ce 14 mai sur BFM Business l'attitude de TF1. Pour lui, la chute de l'audience de la première chaîne explique en fait ses mauvais résultats publicitaires.

La guerre TF1-M6 par médias interposés se poursuit. Alors qu'hier, lundi 13 mai, Nonce Paolini, PDG de TF1, expliquait au Figaro, que la raison de la chute de ses recettes publicitaires était due "à la concurrence féroce des prix clairement déclenchée" par M6, c'est au tour de "la petite chaîne qui monte" de riposter.

Sur BFM Business, ce mardi 14 mai, Robin Leproux, vice-président du directoire du groupe M6 en charge de la régie publicitaire, déplore l'attitude de TF1. "Je m'attendais a un peu plus de sérénité de la part du grand leader, plutôt que de raconter que c'est de la faute de M6 s'il perd des parts de marchés".

Pour lui, si TF1 a perdu des parts de marché, c'est parce que son audience chute. "Il y a les tarifs publiés et ce qu'on a dans la caisse, explique Robin Leproux. La différence est la remise. Les chiffres montrent juste que TF1 fait plus de remises que nous. M6, lui, est allé chercher de la croissance".

Et il insiste: "nous ne donnons pas plus de remises que TF1. Aujourd'hui, il y a deux chaînes qui proposent de la puissance, TF1 et M6. Si il y a un leader qui n'arrive pas à réguler sa perte de part de marché et est obligé lui-même de courir après de la remise pour garder son chiffre d'affaires, on est dans la destruction de valeurs".

"La population de TF1 vieillit"

Une idée reprise par Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6, dans une interview aux Echos, ce mardi 14 mai. "La population de TF1 a vieilli, alors que celle de M6 s'est maintenue".

Pour lui, les bons chiffres de M6 s'expliquent par le travail fourni. "L'équipe commerciale se montre extrêmement présente sur le marché et continuera à le faire de manière proactive". D'ailleurs, si les prix ont baissé, c'est seulement, parce que "sur le marché publicitaire, tout le monde baisse ses prix, et TF1 a même commencé à le faire avant les autres".

Et il ne peut s'empêcher une petite pique. "Je ne fais pas de commentaire sur la politique commerciale de TF1. Mais une chose est sûre: je ne compte pas confier à Nonce Paolini les clefs de notre politique commerciale".

>> A lire aussi: Publicité: TF1 s'en prend à M6

Diane Lacaze