BFM Business

Publicis sort des régies du Monde et de Libération

Publicis était partenaire de la régie du Monde depuis près de 45 ans

Publicis était partenaire de la régie du Monde depuis près de 45 ans - -

Après être sortie de la régie d'Europe 1, l'agence de publicité vend ses parts dans les régies publicitaires des deux quotidiens.

Publicis a visiblement décidé de mettre fin à de vieilles relations un peu consanguines.

Selon des sources industrielles, l'agence de publicité a décidé de vendre ses participations dans les régies publicitaires du Monde et de Libération. Précisement, Publicis détenait 34% de M Publicité et 49% d'Espaces Libération.

Le montant des cessions devrait être modeste. Par exemple, les 34% dans la régie du Monde sont valorisés 3 millions d'euros dans les comptes de Publicis.

Sortir de toutes les régies

L'agence dirigée par Maurice Levy était partenaire de la régie du Monde depuis près de 45 ans. Historiquement, elle a aussi assuré la régie de nombreux journaux: Pariscope, Télé Z, Le Nouvel Economiste, Marianne...

Mais aujourd'hui, "Publicis souhaite sortir de toutes ses activités de régie", indique la porte-parole de Libération.

D'ores et déjà, Publicis a vendu fin 2013 à Lagardère les 49% détenus dans Régie 1, la régie d'Europe 1.

Soutien financier

A noter que Publicis avait aussi apporté des fonds au Monde sous forme d'obligations remboursables en actions (ORA). Précisément, l'agence avait souscrit pour 12 millions d'euros d'ORA. Cela en faisait le premier détenteur d'ORA du quotidien du soir, qui avait émis au total 69 millions d'euros d'ORA en 2002-2003.

Ces ORA ont toutes été rachetées -en général avec une décote- lors de la reprise du Monde par le trio Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse.

Parallèlement, Publicis avait aussi apporté en 2005 3 millions d'euros à Libération sous forme de dette obligataire, renégociée en 2007.

Interrogée, la porte-parole de Libération a confirmé "être en discussion" sur la sortie de Publicis. La porte-parole de Publicis a répondu "ne pas commenter les rumeurs", et celle du Monde n'a pas répondu.

Jamal Henni