BFM Business

Pourquoi Nintendo veut se lancer dans la production de films

-

- - -

"En difficulté depuis l'échec de sa dernière console, le japonais Nintendo se cherche un avenir. Il a initié, avec succès, le lancement d'applications sur smartphone et envisage maintenant la production cinématographique."

Super Mario et Zelda bientôt au cinéma? C'est en tout cas une voie que compte explorer Nintendo, le géant japonais du jeu vidéo. Son nouveau PDG l'a confié au quotidien Asahi Shimbun: "Dans la mesure du possible, nous souhaitons nous en occuper nous-mêmes", a expliqué Tatsumi Kimishima, selon les propos rapportés par le journal japonais.

Nintendo précise que des discussions ont été engagées avec diverses entreprises du secteur avec lesquelles il pourrait s'allier pour réaliser un premier film dans les deux ou trois années à venir, a aussi confié le PDG au journal, précisant que le but était de viser non seulement le marché japonais mais aussi l'étranger.

La firme souvent présentée comme le "Disney du jeu vidéo" n'aura peut-être jamais aussi bien porté ce surnom. À l'heure où des doutes planent sur la pérennité des consoles de jeux de plus en plus concurrencées par les smartphones (Disney a annoncé la semaine dernière qu'il ne développerait plus de jeux sur console à l'avenir), les grands acteurs du jeu vidéo cherchent des voies de diversification. D'autant que les éditeurs possèdent des licences fortes qu'il est tentant de décliner dans d'autres domaines. C'est ce que fait actuellement le français Ubisoft avec Assassin's Creed dont un premier long-métrage devrait sortir au cinéma en décembre prochain.

Nintendo en sait plus sur nous que Facebook?

Or le japonais possède avec Mario, Zelda et Pokemon, les licences des jeux vidéo les plus connus de la planète. La notoriété du plombier italien avoisine celle de Mickey par exemple pour les enfants. Sauf que cette notoriété des personnages du japonais n'est pas gage de succès pour autant. La firme garde un souvenir cuisant du film Super Mario Bros. de 1993 qui avait été un flop tant critique que commercial (le film n'était pas rentré dans ses frais). Nintendo qui n'était pas producteur n'y avait pas laissé de plumes mais n'avait rien gagné non plus. Cette fois, le japonais veut s'engager directement dans la production afin de garder le contrôle artistique. Nintendo compte investir une partie du pactole qu'il va toucher dans la vente du club de baseball de Seattle -les Mariners- et qui pourrait lui rapporter 1,4 milliard de dollars.

-
- © -

Et Nintendo aura bien besoin de cet argent. La maison-mère de Mario a fait état récemment d'une chute de 60% de son bénéfice net 2015-16. Elle est à la peine pour faire connaître et commercialiser ses nouveaux jeux. Les ventes de sa console Wii U n'ont jamais décollé et la firme vient d'annoncer que la machine suivante aurait un peu de retard. Il faut donc trouver de nouvelles pistes de business en attendant. Et, outre le cinéma, Nintendo s'est lancé dans les jeux sur smartphone. Le japonais a racheté début 2015 DeNA, spécialiste des jeux mobiles afin d'y décliner ses licences. La première application, Miitomo, fait déjà un carton. Lancée en avril dernier, elle a déjà été téléchargée plus de 10 millions de fois. Et si elle est gratuite (avec quelques contenus payant), cette application qui consiste à répondre à des questions est une mine de données personnelles.

Selon le site VentureBeat, Nintendo en aurait plus appris sur ses utilisateurs en quelques semaines que Facebook en plusieurs années. Nom de jeune fille de votre mère, type de cuisine favori, cadeau espéré, prochain lieu de vacances... Voilà le type d'informations que Nintendo compile sur ses utilisateurs. Une mine d'infos qui pourrait vite s'avérer une mine d'or.

Frédéric Bianchi