BFM Business

Pourquoi Accor change de nom

Sébastien Bazin était l'invité de BFM Business ce mercredi 3 juin

Sébastien Bazin était l'invité de BFM Business ce mercredi 3 juin - BFM Business

Le PDG d'Accor Sébastien Bazin était l'invité de BFM Business ce mercredi 3 juin. Il est revenu sur le changement de nom de son groupe et sur le lancement de la plateforme de distribution AccorHotels.com.

Ne dites plus Accor mais AccorHotel. Le groupe hôtelier a en effet décidé de changer de nom. Le but? "Revendiquer et affirmer notre métier: on est hôtelier", fait valoir Sébastien Bazin le PDG du groupe, invité de BFM Business ce même mercredi.

Evidemment ce changement de nom "n'est pas le fruit du hasard", souligne le dirigeant. Accor a en effet décidé de prendre un grand tournant en lançant sa plateforme de distribution AccorHotels.com, une "place de marché" ouverte aux hôteliers indépendants.

"On a travaillé pendant six mois et on a réalisé que l'on ne peut pas être dépendant de la croissance des OTA (online travel agencies, les agences de voyages comme Booking.com ou Expedia)", assure le PDG du groupe.

D'où l'ouverture de cette plateforme "où nous allons affirmer notre métier, écouter notre place de marché et les hôteliers indépendants qui se trouvent être majoritaire dans la plupart des pays sauf aux Etats-Unis". En France les hôteliers indépendants représentent ainsi 70% du marché, selon Sébastien Bazin.

Le PDG tient toutefois à bien mettre les point sur les "i", il ne s'agit pas pour son groupe d'opposer une concurrence frontale à Booking.com. "Je veux juste créer une place de marché, pas une troisième OTA". Ainsi, AccorHotels.com va cibler "une catégorie sélectionnée d'opérateurs indépendants dans 328 villes clefs qui représentent 75% du trafic des voyageurs internationaux, et voir ce que nous pouvons leur apporter pour leur acheminer un trafic supplémentaire à travers l'identité commerciale AccorHotels.com, la marque digitale".

Et le modèle du site reste, en effet, très différent de Booking.com. "Nous allons passer de 5.000 à 10.000 hôtels et non pas de 5.000 à 100.000. Nous avons une stratégie différente de l'OTA qui a une stratégie de volumes, d'hyperchoix", développe Sébastien Bazin.

Des conditions avantageuses pour les hôteliers

Ce qui ne serait pas forcément judicieux pour son groupe. "80% des décisions sont faites sur les deux premières pages web. Il ne sert donc à rien d'avoir douze pages", plaide-t-il. "Nous, nous allons être le tiers conseil au bénéfice de notre client pour avoir présélectionné de manière ouverte un certain nombre d'hôtels sur notre place de marché".

Sébastien Bazin promet au passage des conditions avantageuses pour les hôteliers indépendants qui rejoindront la place de marché. Soulignant que les commissions de Booking.com ont "plus que doublé en 3-4 ans" et que les "marges des hôteliers indépendants ont dû passer de 20 à 10%" il promet des conditions "inférieures aux agences en ligne de 30 à 50%".

Autre promesse: les sites comme Booking "ont la data du client, la préserve et ne la transfère pas à l'hôtelier. Dans notre place de marché, l'intégralité de l'adresse email du client, du numéro de téléphone de son mobile seront transférés à l'hôtelier indépendant", affirme-t-il.

Reste pour les hôteliers indépendants à être sélectionné. L'un des critères reposera d'ailleurs sur la notation. "La note TripAdvisor minimale devra correspondre aux meilleurs 10% des hôtels de la place", explique ainsi Sébastien Bazin.

J.M.