BFM Business

  Pour la maisonnette en bois "tout terrain", ça roule

L'atelier qui fabrique cette maison présentée par La Tiny house, est situé en Normandie.

L'atelier qui fabrique cette maison présentée par La Tiny house, est situé en Normandie. - latinyhouse.com

Venu d'Amérique, le mini-chalet en bois tout équipé, monté sur roues, offre un parfum de liberté assorti d'un minimum d'obligations réglementaires. Un vrai mode de vie alternatif?

Ce n'est pas encore le remake de "La petite maison dans la prairie" mais cela y ressemble. Ni cabanon de jardin, ni roulotte, la petite maison en bois montée sur roues commence à en séduire certains.

En France, plusieurs sites Internet (mapetitemaison.com, latinyhouse.com) exposent ces petits chalets en bois fabriqués en ateliers. Ces "nano maisons" offrent, dans un espace réduit de 10 à 20 m2 (en comptant une mezzanine aménagée pour y coucher), tout le confort (gazinière, réfrigérateur, banquette, salle de bains, raccordement pour l'eau et l'électricité).

Selon les modèles et les options, on peut même y adjoindre un groupe électrogène ou des panneaux solaires pour bénéficier de l'électricité ou des toilettes sèches pour économiser l'eau ou encore des systèmes écologiques de traitement des eaux usées.

Ces facilités leur ouvrent le marché de la maisonnette d'appoint pour amis ou adolescents, si l'on dispose du terrain pour l'accueillir dans son jardin.

D'autres, en quête d'un habitat principal voire d'un mode de vie alternatif, pourront y faire leur nid douillet. Les familles avec enfants remuants devront s'abstenir, à moins de passer une partie de sa vie au grand air !

Mais, leur argument principal tient à leur mobilité potentielle. Ces maisons en réduction sont livrées, montées sur une remorque qu'on peut tracter pour la stationner au gré de ses envies, à condition de trouver le terrain d'accueil.

Les petites chalets sur roues de la société Ma Petite Maison, ont des surfaces variant de 10 à 20 m2.
Les petites chalets sur roues de la société Ma Petite Maison, ont des surfaces variant de 10 à 20 m2. © Mapetitemaison.com

Cet atout est assorti d'une contrainte non-négligeable. La maison montée sur remorque ne doit pas dépasser un poids total de 3,5 tonnes (remorque incluse !). Ce qui implique le choix de matériaux plutôt légers.

Au cas où vous souhaiteriez la déplacer sur route, il vous faudra disposer d'une permis de conduire ad hoc (BE) et d'un véhicule homologué pour tracter ce chargement.

Les dimensions de la maisonnette ne doivent pas, en outre, dépasser 2,55 mètres de large, pour respecter la réglementation liée aux remorques et éviter que la vôtre soit considérée comme convoi exceptionnel.

Cet habitat mobile a pour atout premier de ne pas nécessiter de permis de construire. Son régime légal relèverait même d'un certain flou juridique.

Celui-ci peut être assimilé à celui d'une caravane. Dans ce cas, sur un terrain privé, la maison sur roues ne peut théoriquement pas stationner plus de 3 mois, sauf à demander à la mairie dont on dépend, l'autorisation de rester plus longtemps.Mais certains mairies sont plus tolérantes que d'autres.

Un statut légal et fiscal, a priori favorable ...

Certains petits malins pourront arguer qu'il s'agit d'une remorque, auquel cas la réglementation du stationnement sur un terrain, diffère... Rien ne garantit, toutefois, que cet argument convaincra les services de la mairie dont vous dépendrez pour votre maisonnette.

Sur le plan fiscal, sa mobilité la met, a priori, à l'abri de la très discutée taxe d'aménagement qui s'applique aux abris de jardin, sans parler des impôts locaux (foncier et taxe d'habitation) auxquels elle échappe aussi.

En revanche, si vous habitez votre petite maison à titre principal, vous devrez vous acquittez, comme tout propriétaire d'une résidence mobile terrestre (caravane, camping-car), d'une taxe annuelle de 150 euros (pour une résidence de moins de 10 ans). Des exonérations existent toutefois dans certaines situations. 

Enfin, l'argument prix peut attirer les adeptes de ces maisons roulottes d'un nouveau genre. Comptez entre 30.000 et 40.000 euros en moyenne selon les modèles pour un chalet livré clé en main. Des versions en kit (sans le mobilier et l'aménagement intérieur) sont parfois disponibles,... pour les bricoleurs.

Un concept venu d'Amérique du Nord

Selon l'un des fabricants français de ces chalets mobiles, Charles Miller serait le premier constructeur de tiny house (littéralement, maison minuscule) au monde. Cet Américain aurait construit la première maison sur roues en 1929 à Ogden dans l’Utah.

Pour d'autres, le concept serait venu tout droit des États-Unis, de pair avec le courant du small house movement. Ce mouvement social et architectural prône la simplicité liée à l’habitat dans de petites maisons. 

La crise immobilière de 2008, liée aux subprimes, aurait redonné vigueur au concept de tiny house. De nombreux Américains, chassés de leurs maisons, auraient alors opté pour ce mode d'hébergement plus abordable. 

Frédéric Bergé