BFM Business

Patrick Devedjian s'explique sur la rupture avec Numericable dans le 92

Patrick Devedjian estime notamment que Numericable n'a pas mis les moyens suffisants à disposition de Sequalum

Patrick Devedjian estime notamment que Numericable n'a pas mis les moyens suffisants à disposition de Sequalum - Lionel Bonaventure - AFP

Pour le président du Conseil général du 92, Numericable n'a pas mis les moyens suffisants à disposition de sa filiale Sequalum pour tenir le calendrier de déploiement de la fibre optique sur le département. Interview exclusive.

Le divorce entre les Hauts-de-Seine et son délégataire pour les réseaux très haut débit, est consommé. L'assemblée départementale débattra, le 17 octobre 2014, de la résiliation pour faute de délégation de service public «THD Seine», aux torts exclusifs de Sequalum, société détenue à 95% par Numericable et 5% par SFR. Le président du Conseil général du 92 met en cause Sequalum désignée comme délégataire par le département. Sequalum n'aurait pas eu les moyens suffisants pour respecter le calendrier de déploiement prévu de la fibre optique dans le département. Il souligne aussi que SFR, actionnaire de Sequalum, n’a pas tenu ses engagements de devenir client du réseau à la hauteur de ce qui était prévu.

Comment expliquez-vous que Numericable/Sequalum ait échoué à respecter son calendrier de déploiement?

Patrick Devedjian: Numericable n’a pas mis les moyens, humains et financiers, suffisants à disposition de sa filiale Sequalum pour tenir le calendrier de déploiement. Au 31 décembre 2013, seuls 100 millions d’euros ont été investis par le délégataire sur les 177 millions d’euros initialement prévus. Le déploiement n’a pas été exécuté selon les principes d’une délégation de service public en devançant les attentes du marché, mais en fonction de critères de commercialisation traditionnels et de rentabilité immédiate. En juillet 2014, seules 113 027 prises ont été raccordées sur les 466 700 escomptées pour le mois d’octobre 2014. Enfin, SFR, actionnaire de Sequalum, n’a également pas tenu ses engagements de devenir client du réseau à la hauteur de ce qui était prévu.

La capacité financière de Numericable est-elle en cause?

Sequalum ne dispose toujours pas aujourd’hui de financement bancaire, alors que Numericable ne semble désormais guère avoir de difficultés à en obtenir. En effet, les actionnaires de Numéricable ont levé 15 milliards d’euros pour le rachat de SFR....

Retrouvez la suite de l'interview sur le site de 01net

Frédéric Bergé