BFM Business

Paris Première retombe dans le rouge

"Zemmour et Naulleau", émission phare de la chaîne

"Zemmour et Naulleau", émission phare de la chaîne - M6

Bénéficiaire depuis 2006, la chaîne payante, propriété de M6, a perdu 384.000 euros l'an dernier.

Bénéficiaire depuis 2006, Paris Première a fini par retomber dans le rouge en 2015. La chaîne payante a enregistré une perte opérationnelle de 160.500 euros et une perte nette de 384.100 euros. A fin 2015, sa valeur a aussi été dépréciée dans les comptes (cf. ci-dessous).

Cette dégradation des résultats est logique. La chaîne a en effet perdu un tiers de son chiffre d'affaires depuis 2011. Explication: les recettes d'abonnement, qui représentent une grosse moitié du chiffre d'affaires, sont en chute libre. En particulier, le nombre d'abonnés sur la TNT payante a été divisé par deux depuis 2011 (cf. ci-dessous). Le solde du chiffre d'affaires provient de la publicité, elle aussi en chute.

Rappelons que la chaîne, née il y a 30 ans, est distribuée sur câble, satellite, ADSL et TNT par Orange, SFR Numéricable, Free et CanalSat. Les contrats avec ces distributeurs ont démarré en 2015 et expirent fin 2017. 

De l'avantage d'être en pertes

Paradoxalement, ces difficultés pourraient aider la chaîne. En effet, la filiale du groupe M6 cherche à migrer de la TNT payante vers la TNT gratuite. Mais elle s'est jusqu'à présent toujours vu opposer une fin de non recevoir par le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) au prétexte qu'elle était bénéficiaire. Fin 2015, le gendarme de l'audiovisuel justifiait ainsi son refus: "Bien que le résultat d'exploitation ait diminué par rapport au plafond, ce résultat d'exploitation demeure constamment positif depuis 2005. Un refus [du passage sur la TNT gratuite] ne porterait pas atteinte à la viabilité de la chaîne, et ne conduirait donc pas à sa disparition".

Les pertes de la chaîne constituent donc un nouvel argument en faveur du passage sur la TNT gratuite. Cet argument a déjà été utilisé -avec succès cette fois- par LCI, autre chaîne de la TNT payante, qui a été autorisée à passer en gratuit l'an dernier.

Paris Première compte donc demander à nouveau un passage en clair début 2017: "Nous ne faisons pas de chantage à la fermeture et nous irons voir le CSA en début d’année de manière calme et détendue, pour voir comment assurer le meilleur avenir de cette chaîne", explique son propriétaire Nicolas de Tavernost.

Creuser les pertes

Toutefois, un passage en gratuit réduira à zéro les recettes d'abonnement, et creusera donc dans un premier temps les pertes de la chaîne, qui ne vivra plus que de publicité. Comme le soulignait le CSA en 2011, "il ressort du plan d'affaires établi [par Paris Première] que le déficit de la chaîne serait beaucoup moins important dans une diffusion en payant qu'en clair". Précisément, la chaîne elle-même chiffrait ses pertes opérationnelles en gratuit à 19,5 millions d'euros sur trois ans, contre seulement 7,1 millions en payant.

Les résultats de Paris Première

Chiffre d'affaires (en millions d'euros)

2005: 26
2006: 31
2007: 32,7
2008: 32,3
2009: 30,7
2010: 31,5
2011: 32,7
2012: 27,8
2013: 25,2
2014: 23,4
2015: 23,1

Résultat net (en millions d'euros)
2005: -0,3
2006: +0,6
2007: +3,2*
2008: +4,4*
2009: +3,7
2010: +2
2011: +0,9
2012: +1,4
2013: +1,9
2014: +0,7
2015: -0,38

Valeur comptable nette dans les comptes de M6 (en millions d'euros)
2013: 24,5
2014: 24,5
2015: 11,7

Source: comptes sociaux
*résultat d'exploitation

Part d'audience
2012: 0,85%
2013: 0,8%
2014: 0,8%
2015: 0,7%

Source: Médiamétrie

Foyers recevant la chaîne (en millions, en fin d'année)
2012: 8,7
2013: 8,7
2014: 9,2
2015: 8,5

Source: M6

Le nombre d'abonnements à CanalSat sur la TNT payante (en milliers)

2008: 270

2009: 405
2010: 472
2011: 490
2012: 450
2015: 310

Source: BFM Business

Jamal Henni